Nous allons tous très bien, merci, de Daryl Gregory

J’avais déjà entendu parler de l’auteur à cause de son précédent roman, L’éducation de Tony Smayhall, qui m’avait fait fuir à l’évocation du mot “zombies”. Parce que bon, les zombies et moi, moins on se voit, mieux on se porte….