Accueil » Actus » Bilan mensuel #40 Novembre 2023

Bilan mensuel #40 Novembre 2023

J’étais persuadée que novembre serait un meilleur mois qu’octobre, et ça avait super bien démarré avec les Utopiales. C’était sans compter la vie, les différents soucis de santé qui me sont tombés dessus les uns après les autres, et voilà. On va espérer que la vie va me laisser un peu plus de temps en décembre, on y croit !

Côté blog

Côté lecture

  • Notre part de nuit de Mariana Enriquez : ce roman a occupé pratiquement tout mon mois, il faut dire que c’est un pavé, mais un bien chouette pavé !
  • L’oiseau moqueur de Walter Tevis : en cours
  • Le Futur au pluriel : réparer la science-fiction de Ketty Steward : lecture en cours, je prends mon temps.

Côté PAL

Forcément les Utopiales sont passées par là….

  • Cimqa d’Auriane Velten

Imaginez que le monde ait un jour le hoquet ; des créatures et des objets commencent à apparaître. Imaginez trouver un moyen de faire venir ces choses selon votre désir… jusqu’à susciter l’intérêt d’une équipe de scientifiques.

Imaginez travailler pour la plus grande industrie du divertissement, mélangeant cinéma et imagination. Imaginez recevoir l’opportunité de votre vie, mais continuer à être rongé par l’anxiété. Jusqu’à rêver qu’une petite fille vous offre son aide.

C’est dans ce(s) monde(s) chamboulé(s) par l’apparition de la cinquième dimension, celle de l’imagination, que les destins de Sara et Sarah s’écrivent. Mais comment empêcher que la magie ne devienne qu’une nouvelle source de pouvoir et de profit ?

  • Anthologie Utopiales 2023 

Dans cette anthologie, onze auteurs abordent le thème des « Transmission(s) ». Partage des savoirs, de la culture, des richesses ; héritage, celui que nous recevons, celui que nous léguons : elles et ils scrutent la propagation des informations, des flux de matière ou d’énergie, et ces moments ambigus lorsque tout échange cesse et que l’humanité avance à tâtons vers l’inconnu et au-delà.

  • Sirène debout, Ovide rechanté de Nina MacLaughin

Elles s’appellent Arachné, Callisto, Écho, Méduse, Scylla, Eurydice. Cela fait deux mille ans qu’elles sont victimes du jeu des dieux et des hommes, prisonnières du récit mythique des Métamorphoses, racontées, transformées, brutalisées. Pour la première fois, elles prennent la parole.

En re-chantant son livre fétiche, Nina MacLaughlin tisse une poésie organique où Antiquité et monde contemporain se confondent et se confrontent.

  • Aurora de Kim Stanley Robinson

Notre voyage depuis la Terre a commencé il y a des générations.À présent, nous nous approchons de notre destination.Aurora.
Brillamment conçu et merveilleusement écrit, un roman majeur d’une des voix les plus puissantes de la science-fiction moderne. Aurora raconte l’histoire incroyable de notre premier voyage au-delà du système solaire, pour trouver un nouveau foyer.

  • Rossignol d‘Audrey Pleynet

Lointain futur. Espace profond.
Plus qu’une prouesse technologique, la station est une expérience. Politique, sociale, économique, philosophique. Ainsi, au sein de ce gigantesque assemblage minier peuplé d’espèces venues de tous horizons, les stationniens se définissent moins en fonction de leurs origines que de leurs pourcentages génétiques. Melting-pot utopique, la station offre de fait un refuge de tolérance unique au cœur de la Galaxie — une vie en symbiose gérée par les Paramètres qui adaptent l’environnement aux différentes morphologies, aux contraintes physiques, à toutes les essences du vivant. Ou du moins offrait… De profonds désaccords entre les Spéciens, favorables à la séparation interespèce, et les Fusionnistes, qui œuvrent pour davantage de métissage, cristallisent les tensions.
Au milieu de ces courants qu’elle ne maîtrise pas, une femme, stationnienne insignifiante, va devoir choisir son camp, et par là même, peut-être, peser sur le devenir de la station et sa myriade d’habitants.

  • Le Futur au pluriel : réparer la science-fiction de Ketty Steward

Ce livre n’est pas une nouvelle histoire de la science-fiction. C’est une proposition : celle de faire un pas de côté pour observer le genre et son fandom dans son actualité, sa pluralité et au travers des problématiques qui le traverse.

  • Golden Age de Fabrice Colin

Dandelion Manor, Dorset, juillet 1914.
Dans la langueur d’un été secoué par les éclairs menaçants de la guerre qui approche, quatre écrivains veillissants, jadis si créatifs, sont réunis. L’inspiration s’est envolée ; les bruits de bottes feraient-ils fuir les fées ?
A leurs côtés, un elfe sauvage et fantasque, une femme secrète assoiffée de réponses et un enfant rêveur connecté aux univers visibles et invisibles assistent aux derniers soubresauts de ce monde qui meurt. Jusqu’où iront les créateurs déboussolés pour faire revenir leurs muses ? Et qu’advient-il de ce qui compte vraiment quand tout s’écroule ?

Côté Ecrans

Pas grand chose de neuf, à part que j’ai fini The 100. Pas de passage au cinéma ce mois-ci, et j’entame un rattrapage de la dernière saison de Doctor Who. Le problème étant que ne me souvenant plus où je m’étais arrêtée, me voilà bonne pour revisionner la saison au complet.

shaya

11 réflexions sur « Bilan mensuel #40 Novembre 2023 »

  1. Je suis très content pour « Notre part de nuit », mais je croise encore plus les doigts pour « L’Oiseau moqueur » – ce livre ! <3
    Et croisage de doigts pour ton mois de décembre en même temps.

  2. Arf les soucis de santé… Courage !
    Trop bien pour Notre part de nuit 🙂 Tu comptes le chroniquer ?
    Le futur au pluriel je pense le lire en décembre et j’ai lu Cimqa, idées intéressantes mais au global je suis mitigée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page