La bibliothèque de Mount Char, Scott Hawkins

Vous aussi, vous avez de temps en temps ce sentiment incroyable en lisant une chronique, de savoir intuitivement que ce roman, il est pour vous ? C’est exactement ce que j’ai ressenti en lisant les avis sur La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins, bien que j’ai mis un temps fou avant de l’acheter.

Carolyn était une jeune Américaine comme les autres. Mais ça, c’était avant. Avant la mort de ses parents. Avant qu’un mystérieux personnage, Père, ne la prenne sous son aile avec d’autres orphelins. Depuis, Carolyn n’a pas eu tant d’occasions de sortir. Elle et sa fratrie d’adoption ont été élevés suivant les coutumes anciennes de Père. Ils ont étudié les livres de sa Bibliothèque et appris quelques-uns des secrets de sa puissance. Parfois, ils se sont demandé si leur tuteur intransigeant ne pourrait pas être Dieu lui-même. Mais Père a disparu – peut-être même est-il mort – et il n’y a maintenant plus personne pour protéger la Bibliothèque des féroces combattants qui cherchent à s’en emparer. Carolyn se prépare pour la bataille qui s’annonce. Le destin de l’univers est en jeu, mais Carolyn a tout prévu. Carolyn a un plan. Le seul problème, c’est qu’en s’acharnant à créer un nouveau dieu elle a oublié de préserver ce qui fait d’elle un être humain.

Avertissement : La bibliothèque de Mount Char est un roman on ne peut plus étrange, et particulièrement violent que les âmes sensibles n’apprécieront sans doute.

Le roman s’ouvre sur une scène très étrange : Carolyn vient d’assassiner froidement un détective, et semble totalement inadaptée moderne. Carolyn et ses frères et sœurs sont dans un moment critique : Père a disparu, et la Bibliothèque, leur bien le plus précieux, est inaccessible.

Nous suivons dans une première partie la vie de Carolyn, jeune orpheline qui a été prise sous l’aile d’un étrange personnage, Père, avec d’autres enfants, avec qui ils forment aujourd’hui les bibliothécaires, mais attention, pas des bibliothécaires chargés de s’occuper des emprunts et des catalogues. Non, la Bibliothèque, ici, c’est cet ensemble de connaissances extraordinaires, composé de 12 catalogues, que seul maîtrise Père, les enfants devant chacun un seul des douze catalogues.

On découvre petit à petit l’enfance assez terrible des Bibliothécaires, en plein apprentissage, parfois difficile, de leur catalogue, et c’est l’occasion de les découvrir  un à un. Scott Hawkins a créé une galerie de personnages impressionnante : Margaret qui doit maîtriser les morts et semble plus vivre parmi eux que chez les humains, David, terrifiant personnage qui doit maîtriser la mort (mais en tutu), ou bien même Steve, un humain assez banal qui se retrouve embarqué malgré lui dans les plans de Carolyn, qui, elle, parle tous les langages.

Seulement, l’apprentissage est brutal : Père punit le moindre écart avec une violence folle, et il n’est pas question que l’un des enfants tente de maîtriser un catalogue qui n’est pas le sien. Les scènes de torture sont très présentes, et il faut avoir le cœur bien accroché.

Avec tout ça, vous vous demandez certainement pourquoi  on lit (et apprécie) un roman pareil ? Et bien, La Bibliothèque de Mount Char est écrit dans un style efficace, et surtout, il est difficile de ne pas être fasciné par le personnage de Carolyn, parfois sympathique, parfois d’une froideur glaçante. Ce roman est également souvent comparé à American Gods de Neil Gaiman, mais n’ayant pas lu ce dernier, je ne me prononcerais pas sur ce point. En tout cas, Scott Hawkins nous mène en bateau tout le long du roman, et c’est génial.

D’autres avis : Lutin82, Apophis, Charybde2, Blackwolf, L’ours, Boudicca, ..

 

14 commentaires

    1. Moi je connais surtout le sentiment, concernant ce livre, ne pas savoir quoi en penser malgré tous les avis. Je crois quand même que ce n’est pas pour moi à cause du côté “rude”, mais c’est à regret parce que l’atypique c’est toujours tentant.

      1. xD certains romans sont très clivants et c’est vrai qu’on galère à se décider. Dommage, je pense que ça pourrait te plaire pourtant !

  1. Pas sûre que ce roman soit pour moi… J’ai lu American Gods de Gaiman mais il ne m’a pas plus marquée que cela. (Et par contre, l’histoire des orphelins me fait un peu penser à la série The Umbrella Academy mais l’ambiance a l’air bien différente…)

    1. Ah oui je n’ai pas tout de The Umbrella Academy mais je pense que La bibliothèque de Mount Char est plus sombre. Il faut avoir le coeur bien accroché!

  2. Merci pour la découverte – je croyais avoir déjà lu des chroniques de ce roman, mais vu les liens que tu proposes, en fait non. Ça semble particulier en effet, pas forcément mon truc mais de qualité.

    1. J’ai peut-être raté des liens aussi 🙂 Et on est d’accord, c’est de la qualité, mais c’est aussi on aime ou on déteste.

  3. L’apprentissage des Bibliothécaires fait vraiment froid dans le dos, quels principes éducatifs ! J’ai trouvé que le suspense était plutôt bien maintenu mais j’ai fini par décrocher quand l’auteur semblait faire ce qui lui plaisait sans tenir compte de ce qu’il avait mis en place tout au long de l’histoire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.