La quête d’Espérance (trilogie), de Johan Heliot

Auteur : Johan Heliot – Illustrateur : Manchu
Editeur : L’Atalante – Parution : 2009-2010
ISBN : 9782841724796 (tome 1) – Prix : 10 € (chaque tome)

A propos de l’auteur

Né en 1970, Johan Heliot se consacre pleinement à l’écriture depuis 2002, après avoir enseigné dans un lycée professionnel. À ce jour, il a publié une septantaine de nouvelles et plus de trente romans chez de nombreux éditeurs (Mnemos, Denoël, Mango, Le Rocher, Folio, Syros, Flammarion…), dans tous les genres de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, thriller, polar). Il écrit pour adultes comme pour la jeunesse, seul ou en collaboration avec Xavier Mauméjean.Johan Heliot vit dans les Vosges avec sa femme et ses chats.

Quatrième de couverture (tome 1)

Sous le commandement de la jeune Légyria, le vaisseau animal Espérance parcourt les pistes du désert, acheminant de précieuses cargaisons d’oasis en oasis.
Un matin, le bosco du bord, Orso, ancien mercenaire, aperçoit le ballet de charognards dans le ciel : les inquiétants oiseaux-machines sont sur le point d’attaquer un enfant naufragé qui erre dans le sillage d’Espérance. Orso se lance à sa rescousse. L’enfant prononce un premier mot : Izaïn – qui deviendra son nom.

Ressenti

Attention, il risque d’avoir des spoilers. Le premier tome est intéressant, se lit vite, et nous prend vite dans ses rets, en nous donnant envie d’en savoir plus sur Izaïn, le fameux parchemin. Le côté particulier de vaisseau-vivant m’a personnellement un peu fait penser aux navires des Aventuriers de la mer, de Robin Hobb, mais le concept reste assez différent, avec cette affaire de poches, bien intrigantes pour moi ^^

 

Ce qui m’a beaucoup plu dans ce premier tome, c’est aussi l’autre intrigue développée, qui ne permet de ne pas être centré sur Izaïn, on découvre ainsi petit à petit tout un univers.

 

J’avoue honteusement avoir lu les deux derniers tomes bien après le premier, mais fort heureusement un petit résumé était prévu au début du tome 2, aidant ainsi à se remettre tout bien en place. Les choses s’accélèrent dans ce second tome, qui se lit tout aussi vite que le premier, on a un peu plus d’action, et surtout on en apprend plus sur ces histoires un peu politiques entre pirates, qui m’ont beaucoup. On découvre aussi petit à petit des traces de technologie, qui ne peuvent qu’intriguer le lecteur.

 

Le troisième et dernier tome n’est pas moins fluide que les autres, et bien plus riche en révélations, puisque nous allons enfin tout savoir, ou presque. Il était difficile pour moi de m’attendre à une fin pareille et autant de surprises, et c’est ma foi bien agréable… Une trilogie enfin finie que je ne regretterais pas !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *