Le Silmarillion, de J.R.R. Tolkien

 

Auteur : J.R.R. Tolkien – Traducteur : Pierre Alien
Editeur : Pocket – Parution : Novembre 2002
Prix : 6.50 € – ISBN : 9782266121026

A propos de l’auteur

Né en 1892 à Bloemfontein (Afrique du Sud), de parents anglais, John Ronald Reuel Tolkien passe son enfance, après la mort de son père en 1896, à Sarehole près de Birmingham (Angleterre), dont sa famille est originaire. Diplômé d’Oxford, il travaille en 1919 (après avoir servi dans les Lancashire Fusiliers pendant la Première Guerre mondiale) au célèbre Dictionnaire d’Oxford. Il obtient ensuite un poste à Leeds, puis une chaire de langue ancienne (anglo-saxon) à Oxford de 1925 à 1945 et, enfin, une chaire de langue et littérature anglaises de 1945 jusqu’à sa retraite, en 1959.

Résumé

Les Premiers jours du Monde étaient à peine passés quand Fëanor, le plus doué des elfes, créa les trois Silmarils. Ces bijoux renfermaient la Lumière des Deux Arbres de Valinor. Morgoth, le premier Prince de la Nuit, était encore sur la Terre du Milieu, et il fut fâché d’apprendre que la Lumière allait se perpétuer. Alors il enleva les Silmarils, les fit sertir dans son diadème et garder dans la forteresse d’Angband. Les elfes prirent les armes pour reprendre les joyaux et ce fut la première de toutes les guerres. Longtemps, longtemps après, lors de la Guerre de l’Anneau, Elrond et Galadriel en parlaient encore.

Ressenti

Oui, je sais, la quatrième de couverture pour résumer, c’est le maaaaaaaal. Pas bien. Le problème voyez-vous c’est que le Silmarillion n’est pas vraiment facile à résumer, et que tout un tas de gens ont réussi à faire un magnifique résumé, donc, vous ferez avec ^^

Alors, tout d’abord, il faut savoir que ce roman est en fait découpé en trois grandes parties principales, à savoir “Ainulindalë”, “Valaquenta”, et enfin “Quenta Silmarillion”. La première nous raconte l’histoire des Ainur, et de la création du monde. La seconde partie est en fait l’histoire des Valar, alias les Ainur, racontée par les Eldar. La dernière partie est la plus importante ^^

En effet, le “Quenta Silmarillion” nous conte en détail l’histoire des Silmarils, ces joyaux qui contiennent la lumière des arbres de Valinor.

Alors tout d’abord, je vous déconseille de chercher à savoir en permanence qui est qui, et qui est le fils de qui, lui-même l’époux d’untelle. Sauf si vous tenez absolument à avoir la migraine. En plus, nous avons des arbres généalogiques très complets à la fin de l’ouvrage si vous êtes vraiment trop perdus. Je vous déconseille aussi de commencer par le Silmarillion si vous n’avez jamais lu de Tolkien, car ça n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler une lecture facile, même si ça n’est pas non plus une lecture extrêmement difficile. (oui, je sais, c’est pas super clair.)

Il ne faut pas se laisser décourager par les deux premières parties, plus courtes, mais aussi plus complexes. Le Silmarillion, c’est avant tout un ouvrage passionnant pour les amoureux de Tolkien, et qui éclaircissent bien des points de l’histoire du Seigneur des Anneaux, par exemple l’histoire de Beren et de Luthien. On apprend également beaucoup de choses sur l’histoire de la Terre du Milieu, sur les elfes, et sur Valinor.

Certes, tout comme le Seigneur des Anneaux, c’est un livre dense, avec beaucoup d’informations délivrées en même temps, mais c’est ce qui fait sa richesse. On retrouve très bien ici le style particulier de Tolkien, et si vous avez aimé sa célèbre trilogie, vous apprécierez certainement cette lecture enrichissante.

C’est un livre que j’ai lu pour la première fois grâce au challenge The Middle Earth organisé par The Bursar et Resmiranda, que je remercie une fois de plus pour l’organisation de ce superbe challenge !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *