Leviathan, de Scott Westerfeld

 

Auteur : Scott Westerfeld – Traducteur : Guillaume Fournier
Editeur : Pocket Jeunesse – Parution : Septembre 2010
ISBN : 9782266194167 – Prix : 19 €

A propos de l’auteur

Scott Westerfeld, né le 5 mai 1963 au Texas, est un écrivain de science-fiction américain s’étant notamment illustré dans le sous genre de la space opera. Ses écrits sont très inspirés du panthéon de la SF, dont il fait aujourd’hui partie. Son style mystérieux et son humour décalé ont fait le tour de la planète et ont conquis des millions de lecteurs. C’est notamment l’auteur de la série Uglies pour la jeunesse.

Quatrième de couverture

Alek se retrouva projeté dans le siège du commandant tandis que la machine s’ébranlait.
Il s’efforça de boucler ses sangles, mais une pensée terrible l’occupait tout entier et lui occupait les doigts. S’ils essayent de me tuer… c’est que tout est vrai. Le comte Volger s’accroupit près de lui, criant pour couvrir le vacarme des moteurs et des coups de canons. Voyez le bon côté des choses, Alek. Si on vous tire dessus, c’est bien que vous représentez une menace pour le trône !

Ressenti

De Scott Westerfeld, je garde un excellent souvenir de sa série Uglies, et c’est pour cela que lorsque j’ai vu se profiler une lecture sur Leviathan, j’ai bondi sur l’occasion.

Nous sommes en Autriche, au tout début de la première guerre mondiale, et nous suivons Alek et Deryn, deux adolescents, au rythme de deux chapitres par personnage. L’un est prince, l’autre se fait passer pour un garçon afin d’entrer dans l’armée anglaise, bref, rien les rapproche à première vue. Il est très facile à mes yeux de s’attacher à Deryn, garçon manqué aventureuse, et débrouillarde, mais peut-être un peu trop d’ailleurs. Alek a plus de difficultés, va de bourde en bourde à certains passages, et est assez arrogant.

Mais le plus intéressant, c’est ce monde que nous a créé l’auteur. Ici, les allemands/autrichiens ont inventé les Mecanopodes, de véritables machines de guerre, tandis que les anglais ont conçu de nouvelles espèces animales et s’en servent pour la guerre, la preuve en est la couverture où on admire le Leviathan, une sorte de baleine.

L’intrigue est assez intéressante, mais ne fait que démarrer, on a encore tout un tas de questions à la fin du tome 1 (et encore heureux, étant donné qu’il reste encore deux tomes !), en attendant, une lecture commune se profite pour le tome 2, et comme le tome 1 m’a plu, il est probable que je m’y joigne !

Lecture commune avec Spocky, Acr0, Endea, Lelf, Vert, et Yume.

3 commentaires

  1. Pfiou, j'ai finalement trouvé que le côté 'introduction' de ce premier tome gâchait l'histoire ; mais comme tu l'écris, l'univers créé par l'auteur ne peut que remporter toute notre admiration. Alors, es-tu plutôt Clanker ou Darwiniste ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *