Quatre soeurs, de Malika Ferdjoukh

Il me semble avoir entendu parler de la série Quatre soeurs pour la première fois par ma collègue qui s’occupait à ce moment-là du rayon des romans ado, juste avant qu’il n’arrive chez moi. Une discussion plus tard avec une amie qui l’avait dans sa librairie, et me voilà partie avec ainsi qu’avec d’autres romans pour ado, déjà à moitié convaincue étant donné que c’est publié à l’Ecole des Loisirs. Vous ai-je déjà parlé de cette maison d’éditions ? Non ? Ils éditent des livres pour la jeunesse (les fameux Père Castor et Lutins poche, ce sont eux), et j’ai eu l’occasion d’en lire pas mal adolescente et adulte, et de les apprécier, même s’il s’agit toujours de romans contemporains totalement dépourvus d’imaginaire. En plus, ce sont eux qui publient Marie-Aude Murail, l’incontournable.

Bref, parlons un peu de ce livre-ci au lieu de s’éparpiller. Les soeurs Verdelaine sont cinq et vivent comme elles peuvent depuis le décès de leurs parents dans un accident de voiture, sous la houlette de l’aînée, Charlie, 22 ans. A travers les voix d’Enid, Hortense, Bettina et Genevieve, on  suit leur quotidien à la Vill’hervé, entre histoires d’amour, d’amitiés, querelles entre soeurs, et bien d’autres encore. Comment ne pas succomber à ce très beau roman ? Parce bon, oui, nous aussi on l’a eue, cette soeur qui passe des heures dans la salle de bains, la/le plus jeune qui nous enquiquine avec ces histoires un peu farfelues, et tant d’autres choses de l’enfance.

Ajoutez à ça de très belles aquarelles en guise de couverture (sur les tomes individuels), et vous ne pourrez qu’approuver. Chaque tome suit une soeur, et tout le monde trouvera facilement à qui s’identifier. De plus, sachez que la saga a été adapté en BD (deux tomes sortis à ce jour) qui sont aussi très agréables à parcourir. Une série de romans à faire lire dès 11 ans.

Quatre soeurs, Malika Ferdjoukh, 19€, Ecole des Loisirs, 2013.

A propos de l’auteur 

Malika Ferdjoukh est née en 1957 à Bougie en Algérie. Ce qui explique le “h” final à son nom (quand on l’oublie, elle a horreur de ça!), et sa collection de chandelles. Elle vit à Paris depuis sa petite enfance. Elle a séché quelques films à la Cinémathèque pour suivre des cours à la Sorbonne. On peut dire qu’elle est incollable sur le cinéma américain, ses dialogues fameux et ses distributions pléthoriques, du western au polar noir, mais son genre adoré reste la comédie musicale dont elle est capable de chanter à tue-tête les airs les plus improbables. Elle écrit des séries pour la télévision.

2 commentaires

    1. Bah, il paraît qu'il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis xD
      Bon, plus sérieusement, c'est surtout le young adult qui me dérange, parce que c'est considéré comme à partir de 14/15 ans et que c'est souvent que c'est trop peu développé. Et ça me frustre terriblement. Alors que là, on est dans un roman pour les pré-ado, c'est clair et net, et très bien foutu. Et j'adore l'Ecole des Loisirs xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *