13 balles dans la peau, de David Wellington

 

Auteur : David Wellington – Traducteur : Marie-Aude Matignon
Editeur : Milady – Parution : 03/04/2009
Prix : 7€ – ISBN : 9782811201203

A propos de l’auteur

David Wellington est né en 1971 à Pittsburg (Pennsylvanie), ville où George Romero a tourné La Nuit des morts-vivants. Ceci l’a sans doute destiné à écrire sa propre trilogie sur les zombies, d’abord sur son site internet personnel, avant de se faire remarquer par un éditeur. Ses ouvrages ont en commun la mise en scène de monstres classiques revus et corrigés par ses soins, tels les vampires de 13 Balles dans la peau, qui sont de véritables machines à tuer, bien loin des suceurs de sang pales et androgynes…

Aujourd’hui, David vit à New York, en compagnie de son chien, Mary Shelley (!) et de son épouse, Elisabeth. Lors de leurs vœux de mariage, cette dernière lui a fait promettre de botter les fesses de beaucoup de zombies !

Rendez-vous également sur son site officiel, http://www.davidwellington.net/ !

Résumé

Nous sommes dans les années 2000, auprès de l’agent de police Laura Caxton. A cette époque, les vampires ont déjà fait une apparition 20 ans plus tôt, et ont été exterminés. Du moins, c’est ce que l’on pensait… Puisque notre agent va découvrir un massacre perpétré par un vampire, justement. Fort heureusement, pour combattre les vampires, celui qui les a décimé auparavant est encore là, et plus que prêt à intervenir dans une enquête, j’ai nommé l’agent Arkeley.

Nos deux personnages vont donc s’embarquer dans une chasse terrible, où l’ennemi n’est pas seulement une bête sauvage, mais plutôt une machine à tuer …

Ressenti

Tout d’abord, les deux personnages principaux sont intéressants, une femme, agent de police tout ce qu’il y a de plus banal, lesbienne et en couple. Le second, un homme âgé, Arkeley, ancien du FBI, connu pour avoir mis fin à un massacre auparavant. On pourrait craindre que le personnage de Laura Caxton, qu’on suit le plus puisque le récit est à la première personne, fasse un peu un personnage parfait, mais non, c’est avec grand plaisir que nous entrons dans sa peau, découvrons ses défauts et ses craintes.

Ensuite, l’histoire. L’intrigue est somme toute assez banale, une chasse au vampire, c’est bien loin d’être la première fois que l’on en rencontre une, mais il faut noter qu’il est assez rare de trouver un roman écrit du point de vue du chasseur qui devient chassé. Mais ce qui est réellement plaisant, c’est que l’auteur a vraiment développé la partie sur la vie des vampires, sur ce qu’ils pourraient être, leurs pensées, leur mode de vie, et ça, c’est vraiment original.

Pour finir, s’il vous fallait une troisième raison, le style de Wellington est léger et se lit tout seul, et en plus, nous sommes face à une trilogie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *