Comment se débarasser d’un vampire amoureux – Beth Fantaskey

Une autre chose que j’apprécie avec les challenges, c’est que, parfois, on lit des choses un peu improbables, qui ne correspondent pas vraiment à notre profil de lecteur. Et, encore plus surprenant, parfois, ça matche quand même. C’est ce qui s’est produit ici avec Comment se débarrasser d’un vampire amoureux, de Beth Fantaskey.

Comment se débarrasser d'un vampire amoureux de Beth Fantaskey

Beth Fantaskey n’est pas une autrice que je connaissais déjà, mais étant donné qu’elle n’a écrit pour le moment que des livres destinés aux enfants et adolescents, ce n’est pas étonnant. J’avoue avoir pioché dans la liste d’idées fournies par MarieJuliet, organisatrice du challenge ABC Littératures de l’Imaginaire, et avoir choisi ce roman-ci un peu au hasard, et aussi parce que son titre me faisait rire. Mais de quoi ça parle ?

Jessica attendait beaucoup de son année de terminale: indépendance, fêtes à n’en plus finir… Elle n’avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu! Soudain, elle découvre que ses parents l’ont adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, quand elle s’appelait encore Anastasia. Et, entre sa naissance et son adoption, ses vampires de parents biologiques ont eu l’excellente idée de la fiancer à un prince vampire, qui débarque aujourd’hui aux Etats-Unis pour récupérer sa promise.
Lucius est beau, prévenant, élégant: ça ne fait aucun doute, Jessica va lui tomber dans les bras. Malheureusement, la fiancée en question a d’autres projets et pas la moindre envie de suivre un inconnu en Roumanie, tout prince vampire qu’il soit. En nous racontant ses aventures avec un humour décapant, Jessica nous livre un guide pratique pour se débarrasser d’un vampire amoureux. Mais alors qu’elle invente tous les stratagèmes pour dégoûter Lucius, Jessica pourrait bien se retrouver prise à son propre piège. Prudence, les vampires peuvent se montrer très… persuasifs.

Très clairement, si on se fie au résumé, ça n’est pas un roman pour moi, qui ne suis pas fan de Young Adult. Et puis, même si j’aime les histoires de vampires, encore faut-il qu’elles soient vraiment chouettes, n’est pas Anne Rice qui veut.

Et pourtant. Le personnage de Jessica est à mourir de classique. Nous avons là une adolescente tout ce qu’il y a de plus classique, d’une beauté banale, avec quelques amis mais sans pour autant être la reine du lycée, et qui n’a surtout pas la moindre envie de se marier à qui que ce soit pour le moment (on la comprend), et encore moins à un bel inconnu froid et arrogant, persuadé que tout lui est dû. Elle va se retrouver “trahie” par sa famille, qui lui a caché sa véritable ascendance et ses origines, ainsi que son “destin”.

Lucius est également un personnage qui s’avérera contre toute attente intéressant. Il est d’abord comme présenté comme le certes beau mais très arrogant prince, persuadé que sa promise lui tombera directement dans les bras, et qui va découvrir une jeune fille qui ne correspond absolument pas à ces attentes (Jessica n’est pas gracieuse, n’a pas peur de se salir les mains et ne correspond globalement pas à la définition qu’il se fait d’une princesse), mais qu’il doit tout de même séduire. Problème : le jeune vampire va faire face à un choc culturel, lui qui a été élevé comme un prince vampire en Roumanie, et qui se retrouve soudain rien d’autre que jeune adolescent beau gosse.

Le résultat, c’est finalement que Beth Fantaskey signe ici une histoire désopilante sur fond d’histoire d’amour, heureusement pas trop présente pour moi, et il n’est pas même impossible que je lise la suite un de ces quatre. Un roman à conseiller à partir de 14 ans.

D’autres avis : … Manifestez-vous !

Chronique écrite dans le cadre du challenge ABC Littératures de l’Imaginaire organisé par MarieJuliet, et me permet de compléter la lettre F de Fantaskey. Retrouvez mon billet d’inscription à ce challenge ici !

10 commentaires

  1. la Bit litt n’est pas un genre vers lequel je vais d’emblée, à moins qu’on ne me mette un titre dans les mains et que les retours soient vraiment intéressants/intrigants. Bon là, le point positif c’est que ça semble fun. Maintenant, je ne sais pas si ce serait suffisant pour que je le lise… ^^

    1. C’est un peu pareil pour moi pour la Bit-Lit, après, je ne suis pas certaine que celui-ci te plaise. Il y a quand même un gros côté littérature ado qui ressort 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.