Les secrets d’Eole, Claire Krust

Souvenez-vous, l’an dernier, je vous ai parlé de L’envolée des Enges, premier roman de Claire Krust (qui a déjà écrit auparavant le recueil de nouvelles Les neiges de l’Eternel), que j’avais trouvé assez sympathique bien que pas exempt de défauts. Les secrets d’Eole en est la suite (et fin) directe.

Les secrets d'Eole de Claire Krust

Le Raniarque, qui avait ordonné le génocide des Enges, est mort. C’est à son petit-fils Hélias, né de l’union d’un humain et d’une Elbe, que revient la charge. Céléno, Sujin et les leurs y voient là la possibilité d’écrire une nouvelle page de leur histoire et de sauver ceux qui peuvent encore l’être : pour la première fois en un siècle, les enfants d’Hélias décident d’unir leurs efforts pour reconquérir leurs droits bafoués. Mais si le jeune Raniarque est sensible à leur cause, ce n’est pas au goût de tous. Les massacres dans Rania se multiplient et les nobles voient d’un mauvais œil cette politique qui les prive peu à peu de pouvoir.

L’avenir des enfants d’Hélias semble bien incertain. D’autant que les secrets sur l’origine du cataclysme découverts sur le pilier où Céléno a grandi pourrait bien redistribuer les cartes et changer leur destin à tous… L’histoire est-elle vouée à se répéter ?

Commençons tout de suite par les choses qui fâchent. Comme pour le premier tome, les éditions ActuSF n’indiquent pas sur la première de couverture qu’il s’agit d’un second, c’est seulement précisé en quatrième de couverture, sous le résumé. Ça n’était pas gênant pour moi qui avait déjà lu le premier tome, mais attention lecteur qui souhaite découvrir Claire Krust, on est là sur un deuxième tome et pas un roman unique.

Précisons aussi que ma mémoire équivaut à celle d’un poisson rouge, et que l’histoire du premier volume était donc un peu floue dans mon esprit, le démarrage a donc été un poil difficile, le temps de se souvenir de qui est qui. On retrouve très vite le personnage de Céléno, cette Enge un peu énervante dans le premier volet, mais qui semble avoir mûri et être plus mesurée, même si elle se débat toujours avec des ailes qui ne sont pas les siennes.

L’histoire va plus se centrer sur le personnage d’Hélias, petit-fils du Raniarque élevé entre les deux mondes, qui doit prendre le pouvoir. Il a là une occasion unique : utiliser ses pouvoirs de dirigeants pour refaire les lois et accorder aux peuples magiques les mêmes droits qu’aux Humains. Il est accompagné de Med, un petit Enge difforme dont le corps et l’esprit ne semblent pas grandir. Le problème, c’est que les 9, conseillers du Raniarque, sont tous des humains et ne voient aucun intérêt à cette nouvelle politique qui leur ferait perdre des droits, eux qui règnent en maîtres impunis. On aura d’ailleurs des simulacres de procès qui rappellent douloureusement notre histoire, où ‘l’Elbe qui a tué pour se défendre n’est qu’un monstre”, et où l’Humain qui a fait la même chose “était dans son bon droit”, vive la xénophobie.

On retrouvera aussi le personnage d’Arhan dans ce second volume, toujours aussi antipathique à mes yeux. J’avoue avoir des difficultés à comprendre l’intérêt de son arc narratif qui ne se lie pas vraiment aux autres, si ce n’est pour nous introduire une nouvelle race magique, à savoir des métamorphes. Heureusement pour moi, il est bien moins présent que dans le premier tome.

Un autre point positif du roman est que Claire Krust profite de ce volume pour nous expliquer un peu plus les origines des différents peuples magiques, ainsi que du fameux “métal rouge” et du désastre qui a conduit les Enges à s’isoler.

Pour conclure, Les secrets d’Eole est un roman beaucoup plus axé sur la politique que le précédent, et sa construction est également beaucoup plus agréable. On pourra regretter que certains axes ne soient pas plus développés (la fameuse guerre en fin de tome), mais ce n’est pas le réel du sujet du roman, à savoir, comment se reconstruire après un tel génocide et sortir du cercle vicieux de la violence et de l’injustice ? C’est un diptyque qui est au final indéniablement intéressant, et qui fait pour moi de Claire Krust une autrice à suivre, en espérant qu’elle revienne ultérieurement dans cet univers passionnant.

D’autres avis : … Manifestez-vous !

Chronique écrite dans le cadre du challenge ABC Littératures de l’Imaginaire organisé par MarieJuliet, et me permet de compléter la lettre K de Krust. Retrouvez mon billet d’inscription à ce challenge ici !

7 commentaires

  1. J’étais circonspecte après ma lecture de ton avis sur le 1er, là je n’sais pas… peut-être… Mais l’idée de commencer par son one-shot me paraît toujours plus tentante. 🙂

    1. Ça peut aussi être un bon plan. Les recueils de nouvelles m’intéressent souvent moins, mais il n’est pas non plus impossible que je teste.

    1. J’ai l’impression que ça fait partie de leurs trucs pour cette collection en fait. Le truc con, c’est qu’autant à la limite pour des tomes qui sont indépendants, ça passe, mais là…

  2. Ma première réaction : “L’Envolée des Enges ? Ah oui, c’est vrai, ce faux one-shot non-indiqué”. Si on est positif, on peut remarquer que je m’en souvenais. Si on est négatif, …
    Je suis comme Itenarasa, je suis partagé… et ce coup des tomes cachés tend à faire pencher la balance du mauvais côté, ce qui est fort dommage pour l’autrice. =/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.