Complications, Nina Allan

S’il y a bien une chose que j’aime avec les challenges, c’est quand ils nous font découvrir de nouvelles choses. Pas de déception avec le challenge ABC Littérature de l’Imaginaire et ma contrainte de ne lire que des autrices, puisque Nina Allan est une fois de plus une autrice inconnue au bataillon pour moi. Son nom me disait quelque chose, mais impossible de dire quoi exactement, et il ne me semble pas non plus en avoir beaucoup entendu parlé dans la blogosphère, probablement parce qu’elle est publiée en “blanche”. J’ai tenté ma chance avec Complications, un recueil de nouvelles, qui n’en est pas vraiment un … Mais tout de suite, place au résumé éditeur !

 Les montres ne se contentent pas de donner l’heure. Elles peuvent chronométrer, servir de calendrier, fournir des indications astronomiques. C’est ce que l’on appelle, en horlogerie, des « complications ». Mais si les montres jouent un grand rôle dans chacune des histoires racontées ici, les « complications » très particulières qu’elles provoquent — ou révèlent — ne sont pas seulement horlogères… Dans une maison du sud de Londres, un garçon perd sa sœur bien-aimée dans des circonstances tragiques, avant de la voir réapparaître. Sur la plage de Brighton, un autre garçon (le même ?) vit une surprenante expérience temporelle… À mesure que la lecture progresse, on découvre les subtils rouages qui relient toutes ces histoires — entre plaisir et effroi.
Le ton est donné, nous parlerons donc d’horlogerie, de montres, et plus généralement du temps. Cependant, ne vous attendez pas à un recueil de nouvelles classiques : on pourrait éventuellement le qualifier de fix-up, étant donné que toutes les nouvelles sont liées les unes aux autres. Pas question donc de piocher seulement une nouvelle pour revenir au livre par la suite, sauf si vous voulez perdre une partie du plaisir de la lecture.
Le recueil compte six nouvelles, mais la première, Chambre Noire, a été rajoutée au recueil original par l’éditeur français. Elle est donc légèrement décalée par rapport aux autres nouvelles, d’autant plus que le lien avec les autres histoires est ténu. Pour les autres histoires, nous croiserons souvent Martin Newland comme protagoniste, qui subit la perte d’un proche : parfois sa sœur, son épouse, etc. Nous croiserons d’autres personnages récurrents, mais toujours différents d’une manière ou d’autre, un peu comme un écho. Un élément fixe ? Andrew Owen, nain horloger, celui capable de créer les fameuses montres transtemporelles, et nous n’aurons pas beaucoup plus d’informations sur ce personnage.
A travers ces nouvelles, de nombreux thèmes sont évoqués avec un soupçon de fantastique : le deuil, l’amour, etc. Les décors de l’Angleterre sont également très bien dépeints, et il est aisé de s’y imaginer. Globalement, l’ambiance du roman est perturbante, et nous interroge sur notre rapport au temps : est-il linéaire, composé de plusieurs univers parallèles, etc ?

En bref, Nina Allan signe avec Complications un très beau recueil. Sa thématique et sa construction font qu’il est difficile d’en parler, mais une chose est sûre, j’ai été emportée dans ce recueil qui est un coup de cœur, et je vous le conseille fortement !

D’autres avis : Lhisbei, Charybde2, …

Chronique écrite dans le cadre du challenge ABC Littératures de l’Imaginaire organisé par MarieJuliet, et me permet de compléter la lettre G de Goldstein. Retrouvez mon billet d’inscription à ce challenge ici !

13 commentaires

  1. Je l’ai lu il y a quelques années ce recueil, et j’avais beaucoup beaucoup aimé.
    Mais j’ai laissé passer trop de temps pour écrire une critique donc j’ai laissé tomber.
    Mais c’est effectivement un excellent recueil. Je me suis dit que je devrais lire d’autres écrits d’elle.
    Et pour la petite histoire, c’est la compagne de Christopher Priest. 😉

  2. C’est tentant, d’autant plus que j’aime beaucoup le principe des fix-ups, j’en prends bonne note !
    Par contre, c’est vraiment étonnant – et presque dérangeant – cet ajout d’une nouvelle dans l’édition française. =/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.