Accueil » Coup de coeur » Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic

Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic

Chris Vuklisevic est une autrice dévoilée en 2021, à l’occasion du concours organisé par Folio SF pour leurs 20 ans. C’est ainsi que j’ai lu et adoré Derniers jours d’un monde oublié, il n’était donc question pour moi de manquer son nouveau roman, Du thé pour les fantômes.

Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisavic

Agonie est sorcière. Félicité, passeuse de fantômes. Le silence dure depuis trente ans entre ces deux filles de berger, jusqu’au jour où la mort brutale de leur mère les réunit malgré elles.
Pour recueillir ses derniers mots, elles doivent retrouver son spectre, retracer ensemble le passé de cette femme qui a aimé l’une et rejeté l’autre. Mais le fantôme de leur mère reste introuvable, et les témoins de sa vie, morts ou vivants, en dessinent un portrait étrange, voire contradictoire.
Que voulait-elle révéler avant de mourir ? Qui était vraiment cette femme fragmentée, multiple ?
Leur quête de vérité emmènera les sœurs des ruelles de Nice au désert d’Almería, de la vallée des Merveilles aux villages abandonnés de Provence, et dans les profondeurs des silences familiaux.

Entrez dans le salon de thé. Prenez une tasse chaude à l’abri de la pluie. Écoutez leur histoire.

Oubliez les univers fantastiques, les vaisseaux spatiaux, les histoires de fantasy qu’on jurerait se passer au Moyen-Âge, ici, on est à Nice, et le lecteur est invité à s’installer autour d’une bonne tasse de thé pour écouter l’histoire d’Agonie et de Félicité, jumelles nées sur le mont Bégo, isolées du reste du village. L’ambiance provencale est très présente tout au long du roman et c’est charmant, pour un peu, j’irais bien visiter tous ces lieux prochainement !

Revenons à notre histoire. Félicité est une passeuse de fantômes, elle les fait parler à l’aide de thés aux propriétés surprenantes, tandis que sa jumelle, Agonie, est une sorcière. Elles voient toutes deux les fantômes, dont celui de leur père mort avant leur naissance, et leur mère, Carmine semble posséder de mystérieux pouvoirs. Ceci dit, ce n’est rien quand à ceux d’Agonie, dont les papillons sortent de sa bouche dès qu’elle l’ouvre et détruisent tout sur leur passage, fait pousser des fleurs qui envahissent tout….

Une enfance à la campagne, dans la Provence, mais surtout une famille profondément dysfonctionnelle, où Agonie est mise à l’écart, maltraitée par sa mère. Ce n’est pas beaucoup mieux pour Félicité, dont la mère semble souffrir terriblement à laisser partir sa fille chérie. Quand débute l’histoire, les deux soeurs ne se parlent plus depuis des décennies, mais le décès de leur mère, et le besoin de comprendre leur histoire familiale, va les contraindre à renouer les liens…. Car oui, Carmine est morte sans finir sa phrase, et les deux soeurs craignent qu’elle soit à présent fantôme, et veulent comprendre son mystérieux passé, et peut-être même, leurs relations familiales ?

Chris Vuklisevic nous plonge ici dans la Provence et dans une histoire familiale délicieuse. Le roman est un peu lent au démarrage à mon goût, il est difficile de percevoir où on va, mais pour ma part, le personnage d’Agonie/Egonia a tout fait basculer. J’ai eu un véritable coup de coeur dès ses premières apparitions pour ce personnage particulier, en dehors des normes, et tranchant à souhait. On adore également la relaiton de Félicité avec le thé et la nature, la collection de théïères sauvages qui m’a fait mourir de rire.

Du thé pour les fantômes est un excellent roman, que vous apprécierez si vous aimez prendre votre temps, le thé, les longues histoires de famille au coin du feu, et les fantômes, bien sûr.

D’autres avis : Celindanaé, Bouddicca, Sabine C., …

shaya

11 réflexions sur « Du thé pour les fantômes de Chris Vuklisevic »

  1. Génial!! J’avais vu passer le roman (enfin, sa couverture), mais sans réaliser qu’il s’agitssait de cette autrice qui avait gagné le prix des vingt ans de Folio SF. Du thé et des fantômes, ça donne quand même vachement envie!

  2. Sympa que ça t’ait plus, je me souviens que tu le lisais la dernière fois qu’on s’est vues
    Et maintenant je réfléchis si je connais quelqu’un qui habite dans cette région pour le lui offrir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page