Le liseur, de Bernhard Schlink

 

Auteur : Bernhard Schlink
Editeur : Gallimard – Parution : 1999
ISBN : 9782070404582 – Prix : 6.20 €

A propos de l’auteur

Bernhard Schlink grandit à Heidelberg dans une famille allemande protestante. Il étudie le droit à Heidelberg et à Berlin, et exerce comme professeur à Bonn et à Francfort. Depuis 1992, il est professeur de droit public et de philosophie du droit à l’Université Humboldt de Berlin. En 1987, il est également devenu juge au tribunal constitutionnel du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Il a débuté sa carrière comme écrivain par plusieurs romans policiers, dont le premier, Brouillard sur Mannheim, est écrit en collaboration avec Walter Popp. En 1995 il publie Der Vorleser (Le Lecteur, publié en France en 1996 sous le titre malencontreux Le Liseur), un roman partiellement autobiographique. En 1997 il a obtenu le prix Hans Fallada, une récompense littéraire allemande, et le prix Laure Bataillon, prix décerné à des œuvres traduites en français. En 1999 il a reçu le prix de littérature du journal Die Welt.

Résumé

Michaël, adolescent de quinze ans, fait la connaissance d’Hannah Schmitz, jeune femme de trente-cinq ans. Ils vont vivre une passion amoureuse quelques temps la disparition subite d’Hannah. Michaël la reverra bien des années plus tard, lors d’un procès.

Ressenti

Ce livre est un classique très connu, et les classiques et moi, on est pas toujours copains. Fort heureusement, mes appréhensions quand à ce livre se sont envolées dès les premières lignes, face à l’écriture très fluide.
Parlons un peu de l’histoire. Ceux qui me suivent régulièrement doivent commencer à le savoir, les histoires amoureuses, c’est pas trop mon truc dans les romans, mais celle-ci est suffisamment particulière pour être intéressante, puisqu’à vrai, la difficulté pour moi a été de comprendre comment notre jeune Mickaël peut rester avec cette femme si étrange. J’ai aimé ses actes gratuits de lecture, et cet amour qu’il ressent pour Hannah.
Dans la deuxième partie du livre, on retrouve Mickaël plus vieux, lors d’un procès de femmes, où Hannah est à la barre des accusées. Il va redécouvrir son ancienne amante, et comprendre enfin ce qu’elle cache. L’ancienne vision qu’il a d’elle doit être modifiée, puisqu’on accuse Hannah d’avoir été gardienne dans un camp de concentration, et d’avoir commis des actes horribles. Comment faire coïncider cette image d’elle, qui ne se défend pas lors du procès, et celle de la femme aimée adolescent ?
Cette lecture a été un réel plaisir, et la dernière partie, dont je ne parlerais pas ici pour ne rien révéler, est très émouvante à mes yeux. A lire sans hésiter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *