Le maître du haut-château, de Philip K Dick

Auteur : Philip K.Dick – Traducteur : Michelle Carrier
Editeur : J’ai Lu – Parution : Février 2012
ISBN :9782290035474 – Prix : 19 €

A propos de l’auteur

Philip K. Dick, qui est devenu l’auteur culte de tous les amateurs de science-fiction, publia sa première nouvelle en 1952. Elle fut traduite deux ans plus tard en France, pays qui le reconnut rapidement alors que les Etats-Unis le boudaient. Doté d’une personnalité complexe, multiforme, excentrique et mystique, il a publié 36 romans et cinq recueils de nouvelles. K.Dick s’est beaucoup interrogé à travers ses livres sur les idéologies du mensonge, les faux-semblants, la vérité cachée derrière les apparences, il s’est fait l’explorateur, au travers de ses récits d’anticipation, de l’aliénation sociale. Grand gourou de tous les amateurs de récits explosés et visionnaires, il a aussi écrit quelques romans classiques qui ne furent pas publiés de son vivant.

Quatrième de couverture

En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l’axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie â l’est des Etats-Unis, l’ouest avait été attribué aux japonais.

Quelques années plus tard la vie avait repris son cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l’usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinoisa dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint â circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945…

Ressenti

Ce n’était pas le premier Philip K Dick que je lisais, mais en revanche ma première lecture de ce roman, donc, à mon grand regret, je suis dans l’incapacité d’aider quand à savoir si la nouvelle traduction est appréciable ou pas. En tout cas, je peux déjà vous dire que le style un peu ancien ne m’a pas gênée dans ma lecture.

L’idée de base est en tout cas très intéressante, et j’ai adoré voir les Etats-Unis soumis aux nazis, surtout en gardant notre monde actuel à l’esprit. L’équilibre des forces est sympa avec le Japon, et toute leur culture importée en conséquence.

L’ennui sera ici que l’on suit des personnages qui semblent n’avoir que peu de liens entre eux, tels un commercial japonais, un agent secret allemand sous couverture, ainsi qu’un ouvrier reconverti bijoutier et son ex-femme. Heureusement, nous avons deux livres au centre du livre, le Yi-King, sorte d’oracle oriental qui détermine leurs actions, et La sauterelle, interdit puisque racontant la victoire des Alliés.

Bizarrement, les trois-quarts du récit m’ont happée dans l’histoire sans souci, d’autant plus que la Seconde Guerre Mondiale m’intéresse beaucoup. Cependant, la fin n’est pas évidente à comprendre, même si elle invite à tout un tas de questions, la première étant “dans quelle réalité sommes-nous ?”

2 commentaires

  1. J'avais eu beaucoup beaucoup de mal à entrer dans le récit, les personnages sont très froids et cela me dérange toujours énormément. C'est le tout premier livre de Dick que je découvrais par ailleurs. Et comme tu dis l'idée de base était très intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *