Le voyage à Lilliput, Jonathan Swift

lilliput

Quand Lhisbei a annoncé le lancement du Défi SFFF et Diversité et les items à remplir, le critère du conte ne m’a pas posé problème. En effet, j’ai passé des heures enfant à écouter l’histoire de Gulliver, La poule aux oeufs d’or, et bien d’autres contes, sans jamais lire le conte originel.

C’était donc l’occasion idéale de réparer cette erreur avec la lecture du texte de Swift, Le voyage à Lilliput.

Je me souvenais principalement avant ma lecture de la première partie de ce petit roman : l’arrivée de Gulliver à Lilliput, suite à un naufrage. Le pauvre homme se fait aussitôt attaquer et attacher par une armée de choses miniscules : des Lilluputiens, autrement dit l’incarnation du “petit mais costaud”. Notre voyageur nous raconte ensuite ses aventures sur l’île où il a échoué.

Si au départ, le plaisir de lecture était dû à la nostalgie enfantine (entendre raconter l’histoire de fabuleux petits hommes capables de faire ça à un “géant” pour eux, n’est-ce pas merveilleux ?), ce ne fut pas le cas pour la suite du texte. En effet, chez Librio, le texte est annoté, et c’est vraiment pratique pour se rendre compte du réél potentiel du texte, et des sous-entendus faits par Swift. En effet, ce dernier critique la société anglaise et sa noblesse à travers les personnages des Lilliputiens.

Le petit point négatif de ce texte, c’est qu’il faut sans doute bien connaître l’histoire anglaise et ses politiciens pour profiter réellement de cette satire sociale et politique. En effet, sans les notes de bas de pages pour m’aiguiller, j’aurai probablement raté une part importante du livre.

Ceci dit, Jonathan Swift nous emmène très bien à Lilliput et nous fait rêver, et m’a donné envie de découvrir le reste des Voyages de Gulliver.

Chronique écrite dans le cadre du défi SFFF et Diversité, pour l’item 12 “Relire un conte que vous aviez adoré enfant”.

Et pour faire un petit combo, vu qu’il ne fait que 90 pages, il compte aussi pour le challenge Summer Short Stories of SFFF (S4F3s2) !

logodiversitepetit

summer-short-stories-sfff-saison-2

6 commentaires

  1. Mince faudrait peut-être que je le rattrape un jour celui-là, je suis passée complètement à côté quand j’étais plus jeune (et même maintenant !)

    1. Ah oui en effet tu devrais le lire, c’était un de mes contes préférés petite ! Et je pense que l’oeuvre entière de Swift doit valoir aussi le détour !

  2. Jamais lu, pourtant il fait partie de mon inconscient : c’est tellement connu. C’est chouette d’avoir eu l’occasion de le lire en étant enfant.

    Cet item risque de me poser problème : pas lu de contes quand j’étais gamine, à ma connaissance.

    1. Ah oui ? Surprenant ça ! Tu n’as pas lu avec tes parents des classiques des contes du style du Perrault, etc ? Moi j’en avais plusieurs en audio (celui-ci, la poule aux oeufs d’or, et la caverne d’Ali-Baba je crois) ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *