Accueil » Littérature étrangère » L’effondrement de l’empire, L’interdépendance tome 1, John Scalzi

L’effondrement de l’empire, L’interdépendance tome 1, John Scalzi

J’entends parler de John Scalzi depuis une éternité, mais n’avais jamais encore franchi le pas de le lire. Finalement, un billet de Chut Maman lit sur L’effondrement de l’Empire a fini par me décider, et, coup de bol, il était en stock à la médiathèque !

L'effondrement de l'Empire, John Scalzi

“L’Interdépendance : un empire de quarante-huit systèmes stellaires presque tous inhospitaliers, où l’humanité s’est implantée et dont la survie repose sur une étroite collaboration.
L’Interdépendance : un millénaire de règne des grandes familles marchandes, dont la première occupe le trône de l’emperox.
L’Interdépendance : le réseau des courants du Flux, seul moyen de voyager plus vite que la lumière, unique lien des mondes de l’empire entre eux.

Le Flux est éternel mais il n’est pas statique. S’il se déplaçait, réduisant les colonies à l’isolement, l’humanité serait au bord du gouffre.

Un jeune scientifique, une commandante de vaisseau spatial et la toute nouvelle emperox devront affronter la catastrophe annoncée.”

L’effondrement de l’empire est le premier tome de L’interdépendance, série de space opéra publiée chez L’Atalante, et qui compte pour l’heure trois volumes en VO. Le premier a reçu le prix Locus dans la catégorie romans de science-fiction.

Le monde créé ici est plutôt original : nous sommes dans l’Interpédance, empire commercial fondé sur un mythe d’une visionnaire, reliant une quarantaine de systèmes solaires, par ce qui est appelé le Flux, sorte de tunnels technologiques permettant de voyager plus vite que la lumière. Ce monde a aussi la particularité d’avoir une seule planète viable pour les humains sans dôme.

L’histoire commence fort avec Cardenia, seule héritière et fille illégitime de l’Emperox, qui se prépare à monter sur le trône, alors qu’elle n’y a clairement pas été préparée. De femme sans histoire, la voici projetée dans la politique complexe de l’Interdépendance.

Nous serons également au Bout, où nous suivrons notamment Kiva Lagos, héritière de la puissante famille marchande du même nom, au langage et comportement châtié, empêtrée dans des histoires avec une famille ennemie toute aussi puissante. Au Bout, il y a aussi Marce Claremont, jeune scientifique qui a travaillé avec son père sur l’effondrement du Flux, et qui a pour mission d’aller annoncer la nouvelle à la toute jeune Emperox.

Machinations politiques, complots, diplomatie, guerre, religion, autant de sujets qui seront abordés ici. L’effondrement de l’Empire est un premier tome qui se lit très bien, et qui donne bien envie de lire la suite (spoiler : le deuxième tome est déjà lu ici). A lire sans hésiter si vous avez envie d’un bon space-opéra qui ne se prend pas non plus trop la tête !

D’autres avis : Lutin82, Yogo, Chut Maman Lit, BlackWolf, OmbreBones, Lianne,

shaya

16 réflexions sur « L’effondrement de l’empire, L’interdépendance tome 1, John Scalzi »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page