L’enjomineur – 1792, de Pierre Bordage

 

Auteur : Pierre Bordage – Illustrateur : Vincent Madras
Editeur : L’Atalante – Parution : 14/10/2004
Prix : 28€ – ISBN : 9782841722877
Egalement paru en poche chez J’ai Lu

A propos de l’auteur

Rendez-vous sur http://www.noosfere.org/heberg/bordage/sommaire.asp?site=25 pour son site officiel ^^

Quatrième de couverture

 

«Ta qu’as appris à lire, Milo, te pourrais trouver bérède meu qu’un failli travail de commis.»

Émile ne l’entend pas ainsi ; lui qu’on dit l’enfant d’une fée, élevé par un prêtre ouvert aux idées nouvelles, s’engage comme saisonnier dans une ferme de la plaine de Luçon.

Nous sommes en 1792. Dans le bocage vendéen ulcéré par la Constitution civile du clergé, agité par une aristocratie crispée sur ses privilèges, la révolte couve…

Cornuaud, lui, rentre au pays. Deux ans qu’il s’est embarqué sur un négrier. La Guinée, le Bénin, puis Saint-Domingue. Retour à «la Fosse» auprès d’une pègre nantaise qui s’investit désormais dans le club révolutionnaire Saint-Vincent. Les temps ont changé. Lui aussi, d’ailleurs. Une sorcière vaudoun l’a enjominé pour avoir violé une captive africaine…

À Paris, la rue est en ébullition. Mais derrière les affrontements oeuvre une société secrète, la secte de Mithra, dont les maîtres demeurent dans l’ombre.

 
 

Ressenti

 

En principe, la trilogie de Pierre Bordage est du fantastique historique dans le cas présent. En pratique, le premier volume relève plus du roman historique, mais n’en reste pas moins intéressant. Les personnages sont attachants, et on a très envie de suivre leur progression. Les différentes intrigues se mettent en place petit à petit, et plus on avance dans le récit, plus on a envie de le poursuivre.

Je n’ai malheureusement pas (ou plus) les connaissances nécessaires sur la révolution française, et on peut regretter l’absence d’un petit lexique à la fin du livre (et oui, personnellement, j’ai un peu oublié qui étaient les jacobins, toussa). Par contre, on ne peut que saluer l’immense travail de documentation qu’a du faire ici l’auteur. Le début de la Terreur est très bien relaté, et c’est à la fin de ce premier tome que démarre vraiment une nouvelle intrigue, qui nous conduira à la suite.

Au final, ce premier volet de la trilogie est vraiment très intéressant, mais il faut le prendre plus comme un roman historique, et petit conseil, révisez vos connaissances sur la révolution française si vous ne voulez pas être trop perdus :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *