Anthologie : L’o10ssée Folio SF

Ce recueil était dans ma PAL depuis longtemps. Probablement depuis sa sortie en 2010, en fait, puisqu’il est sorti à l’occasion de l’anniversaire de la collection Folio SF. Gloups. En tout cas, l’erreur est réparée, mieux vaut tard que jamais !

Cette anthologie se présente d’une façon une peu différente d’une anthologie classique : en plus des nouvelles présentes, nous avons sept textes d’auteurs contemporains en littérature blanche, peu associés à la SFFF, qui ont accepté d’offrir leur regard sur la collection ou sur un titre en particulier.

Le recueil commence par la nouvelle de Mary Gentle que j’ai retrouvée avec plaisir, dans un univers contemporain qui m’a rappelé celui du Livre de Cendres, et qui m’a surtout donné envie de découvrir le reste de son œuvre traduite.

On passe ensuite à Jean-Philippe Jaworski, qui nous parle d’un guerrrier nordique au destin étrangement mêlé à celui d’un barde. L’histoire était plaisante, mais ne m’a pas marquée. Le texte de Philip K. Dick traite de l’obsession d’un père pour son bateau en construction, me rappelant étrangement un personnage de série télévisée. La chute de la nouvelle m’a quelque peu laissée perplexe.

La nouvelle de Maïa Mazaurette aborde le sujet des stars vieillissantes, et des mystères des traitements rajeunissants. Cette nouvelle-ci est assez horrifiant par son personnage principal.

La nouvelle assez politique de Stéphane Beauverger était intéressante, mais ne m’a pas touchée.

Thomas Day parle d’une tigresse fantôme à la façon d’une légende, et sa nouvelle est plutôt intéressante. La nouvelle de Robert Silverberg est passionnante. J’ai beaucoup aimé cette idée de « passager » et de possession des humains, qui ne seraient plus que des réceptacles sans intérêt.

En revanche, je n’ai pas été marquée par les nouvelles de Ray Bradbrury et de Christopher Priest.

Le recueil s’achève par un texte de Robert Charles Wilson, sur la fin de la Terre, et l’infini de l’Univers. La nouvelle est sympathique et termine bien l’anthologie.

Dans sa globalité l’anthologie est très intéressante, et permet un bel aperçu des auteurs qui y ont contribué. Comme toujours, des textes qui me plaisent plus que d’autres, mais j’ai beaucoup apprécié cette anthologie anniversaire. Et cette chronique compte pour le CRAAA de Cornwall !

D’autres avis chez les blogopotes : Julien le Naufragé, Tigger Lilly, Efelle, Gromovar, …

logo CRAAA bis

10 commentaires

    1. Héhé oui ! De toute façon je crois que dans les prochains mois quelques vieilleries qui traînent en PAL vont passer par là, il est plus que temps :p

  1. Et bien… il est aussi dans ma PAL depuis 2010 ! Je l’ai boudé car les nouvelles et moi ce n’était pas ça (même si cela change depuis plusieurs années). Le fait que tu le chroniques devrait me motiver à le sortir à mon tour, tiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *