Accueil » Coup de coeur » Notre part de nuit de Mariana Enriquez

Notre part de nuit de Mariana Enriquez

En 2022, le prix Planète-SF nommait Notre part de nuit de Mariana Enriquez, paru initialement aux éditions du Sous-Sol. Les thématiques m’attiraient beaucoup, et à sa sortie en poche chez Points, c’était l’occasion ou jamais de lui donner sa chance !

Un père et son fils traversent l’Argentine par la route, comme en fuite. Où vont-ils ? À qui cherchent-ils à échapper ?

Le petit garçon s’appelle Gaspar. Sa mère a disparu dans des circonstances étranges. Comme son père, Gaspar a hérité d’un terrible don : il est destiné à devenir médium pour le compte d’une mystérieuse société secrète qui entre en contact avec les Ténèbres pour percer les mystères de la vie éternelle.

Un grand livre, où l’Histoire et le fantastique se conjuguent dans une même poésie de l’horreur et du gothique.

Lorsque Notre part de nuit commence, nous suivons Juan et son fils Gaspar, dont la mère vient de mourir, qui partent rejoindre la famille maternelle. Un voyage à travers l’Argentine qui s’annonce difficile, notamment parce que Juan est malade du coeur et tente désespérement de protéger son fils de son avenir. Juan est en effet un médium puissant, et son fils destiné à prendre sa suite dans la secte de l’Ordre….

L’Ordre est dirigé par de puissantes familles d’origine britannique, et pratiquent le sacrifice humain en nombre à l’Obscurité, sombre divinité censée leur dévoiler les secrets de l’immortalité, et avec qui elles communiquent via les médiums, dont Juan.

Tout le fil rouge du roman est dans cette relation père-fils, pas toujours simple, mais toujours aimante et empreinte du désir de protection. Cependant, Notre part de nuit est loin d’être seulement cette relation. Le roman est divisé en six parties non chronologiques, qui nous font découvrir l’histoire de l’Argentine à travers des époques, voire même des pays différents.

L’Argentine n’est pas un pays que je connais de près ou de loin, et Mariana Enriquez m’a permis de le découvrir ainsi que sa fascinante et terrifiante histoire, la dictature argentine et ses dizaines de milliers de disparus, une histoire sombre et douloureuse.

Notre part de nuit est un long roman que j’ai pourtant lu rapidement, happée par l’écriture très fluide de l’autrice et sa manière de représenter les différents personnages, très réalistes et attachants : impossible pour moi de ne pas m’attacher à Juan et Gaspar, et à bien d’autres personnages.

Le roman est impossible à réellement résumé tant il est fleuve, les sujets abordés sont souvent difficiles, brutaux, mais le tout passe sans problème, et je ne peux que vous le recommander.

D’autres avis :  Tigger Lilly, Yuyine, Zoé prend la plume, Lhisbei, Baroona, Gromovar, Lorhkan, Lune

shaya

8 réflexions sur « Notre part de nuit de Mariana Enriquez »

  1. C’est certain que c’est un roman riche et une ambiance assez indescriptible, mais tu as bien résumé la situation de départ, ce qui est déjà complexe. ^^
    Vraiment un grand roman, auquel je ne peux désormais m’empêcher de penser à chaque fois que j’entends parler de l’Argentine.

    1. Merci, ce n’est pas un roman simple à expliquer ! Pareil pour moi, en même temps je connais assez peu de romans sur l’Argentine aussi ^^

  2. Tu confirmes tout le bien que les autres en avaient déjà dit. Je finirai par y venir! Je l’ai déjà vu en espagnol chez Gibert, mais je n’ai pas osé l’acheter car il m’intimide beaucoup.

      1. À cause de sa taille, du fait que tout n’est pas expliqué en te tenant par la main alors que l’espagnol est la langue que je comprends le moins facilement, le fait que ça se passe dans un pays dont je ne sais rien. Cela dit, je vais reprendre des cours d’espagnol prochainement, alors il est possible que je me sente plus à l’aise (et que je tombe dessus en librairie en Espagne!).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page