Opération Bulles, épisode #1

Vous le savez peut-être déjà, mais la bande-dessinée fait partie des genres que je lis le moins. Non pas par manque d’intérêt, mais plutôt parce que ma vitesse de lecture est élevée, et que très honnêtement, je suis ennuyée de payer aussi cher un produit qui sera consumé en à peine une heure. Quoiqu’il en soit, on peut féliciter les médiathèques de mon coin, grâce à qui la BD revient petit à petit dans mes lectures, et on inaugure ce rendez-vous, qui je l’espère vous plaira.

  • La parenthèse d’Élodie Durand :

La parenthèse

 

“C’est l’histoire d’une jeune fille âgée d’à peine plus de 20 ans, d’un drame dans sa vie qui semblait être sans retour, d’une chute dans la maladie, dans la perte de soi. Ce récit est une bataille contre l’adversité. Il parle de la mémoire parfois si fragile, d’une convalescence inattendue, de comment, un jour, on réapprend son alphabet, à compter, à retrouver ses souvenirs.” Élodie Durand

Cette BD était en fait une relecture : il me semble l’avoir lue à sa sortie, mais, en croisant son chemin dans les rayonnages, l’envie m’a pris de la relire. On parle ici d’un sujet qui est loin d’être facile : le handicap, et plus précisément, celui engendré par l’épilepsie. Il s’agit ici d’un témoignage, où l’auteure nous raconte son parcours, et aussi, la difficulté d’accepter la maladie. Comment croire qu’on est malade quand on ne souvient pas d’avoir fait un malaise ? Et puis, certes, le souvenir d’un jour nous échappe, mais, après tout, qui n’a pas parfois cette sensation après des jours qui se suivent et se ressemblent ? C’est un très beau témoignage apporté ici, servi par un dessin épuré très chouette.

 

  • Les crocodiles de Thomas Mathieu

Les crocodiles

Thomas Mathieu raconte des histoires vraies (qui lui sont confiées par des filles) liées à des problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme, le sexisme, avec une approche féministe et bienveillante vis-à-vis des femmes. Dans ses planches, les hommes sont tous représentés en crocodiles verts tandis que les décors et les personnages féminins sont traités en noir et blanc de manière plus réaliste. Son approche interpelle et fait réfléchir aux relations entre hommes et femmes dans notre société actuelle.

Le projet Crocodiles est un projet que j’ai d’abord connu sur Internet, sur le tumblr dédié. Et que j’appréciais beaucoup à une période, étant idéal pour sensibiliser à la cause du harcèlement de rue. Mais parlons maintenant de la BD. Celle-ci se compose de témoignages recueillis par l’auteur, témoignages, d’ami-e-s, de proches, ou d’inconnus. Le dessin est en noir et blanc, et tous les hommes sont représentés comme des crocodiles. Ce dernier point est polémique, l’auteur en a conscience, et explique bien que pour lui, le but est de retranscrire des témoignages de femmes, d’où ce choix qui ne me convient pas tout à fait, mais bon. Comme dans toute BD, certains strips m’ont moins plu que d’autres et m’ont paru moins pertinents, tandis que d’autres sont malheureusement glaçants. Un des mes principaux regrets est cependant les fameux “conseils pour lutter le harcèlement”, qui sont destinés aux femmes. Il me paraît bien plus important d’éduquer les harceleurs et futurs harceleurs, et, malheureusement, j’ai bien peur que contrairement à ce qu’aimerait sans doute l’auteur, ils n’iront pas d’eux-même lire un texte sur le harcèlement.

  • Shenzen de Guy Delisle

Shenzen

À la fin des années 90, le dessinateur Guy Delisle a séjourné à Shenzen, dans le sud de la Chine, pour travailler dans un studio de dessin animé. Dépaysement garanti.

Il s’agit ici d’une des nombreuses bandes-dessinées autobiographiques de ce dessinateur, et plus précisément, de son séjour à Shenzen. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Shenzen telle qu’elle est décrite ici ne donne pas franchement d’y aller : peu touristique, très peu d’occidentaux, mais du dépaysement garanti ! La communication étant compliquée, Guy Delisle observe beaucoup, teste les plats au hasard (quand on ne peut pas lire le menu, on fait comme on peut 🙂 ), et surtout en profite pour nous livrer ce carnet de voyage. Ce n’est pas le premier Delisle que je lis, mais celui-ci s’avère un peu décevant pour moi, notamment parce qu’il ne s’y passe vraiment pas grand chose. Bloqué par son travail et les difficultés de communication, l’auteur peut difficilement profiter de ce séjour, bien que la culture soit intéressante à observer. À noter aussi qu’il s’agit de son premier carnet de voyage.

 

 

  • Catharsis de Luz

catharsisLe 7 janvier 2015, le dessinateur Luz a perdu dans l’attentat commis à Charlie Hebdo, des amis, mais aussi l’envie de dessiner. Alors que la France s’est révélée « Charlie », Luz redevient auteur. Au début, il y a le drame, la douleur, la rage, la perte. Et puis, petit à petit, il y a le besoin de dessiner qui revient, l’envie non pas de témoigner, mais de se mettre à nu, de se libérer.

Très honnêtement, je connaissais pas l’œuvre de Luz avant de lire cette bande-dessinée, et, en la croisant à la bibliothèque, c’était l’occasion ou jamais. Ici, Luz nous parle de son ressenti par rapport à l’attentat de Charlie Hebdo, et l’après. Il a perdu à cette occasion non seulement des collègues mais surtout des amis, et aussi, le désir de dessiner pendant un temps. Cette BD n’est pas facile à lire de par son thème, et comprend un dessin très épuré, auquel je n’accroche que peu. Il y a également un aspect assez décousu, dans le sens où ce n’est pas une histoire que l’on nous raconte, mais plus un témoignage. Je ne saurais dire pourquoi je n’ai pas accroché à cette œuvre, mais peut-être faut-il que je teste avec une autre BD de l’auteur.

  • L’arabe du futur de Riad Sattouf (tomes 1 à 3)

L'Arabe du futurCe livre raconte l’histoire vraie d’un enfant blond et de sa famille dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad..

Cette bande-dessinée a eu un gros succès commercial en librairie, et ça faisait un moment que j’avais bien envie de la découvrir, c’est enfin chose faite. Riad Sattouf nous raconte ici son enfance passée au Moyen-Orient, tout d’abord en Libye, puis en Syrie. Son père, qui voulait faire de la politique, a étudié l’histoire en France, où il a rencontré sa future femme. Passionné de politique, déçu de sa mention “Honorable, ce doctorant choisira de postuler un peu partout dans le monde arabe, avant de trouver un poste à Tripoli, en Lybie, gouvernée par Khadafi. Et c’est ainsi que Riad, 2 ans, se retrouve propulsé tout jeune dans un autre monde, la Libye. On découvre donc leur vie peu aisée dans ces deux pays, maisons vétustes, approvisionnement parfois difficile (spoiler : il faut aimer les bananes !), les portraits de Khadafi exposés partout, et puis la vie paysanne en Syrie, dans un petit village près de la famille paternelle de Riad. Les filles et les garçons ne vont pas dans les mêmes classes, où la religion est extrêmement importante (attention, ne soyez surtout pas juifs, les ennemis de la Patrie). L’auteur croque la vie là-bas avec délicatesse et humour, en laissant aussi transparaître quelques problèmes d’adultes dans le récit, notamment avec les difficultés d’acclimatation de sa mère, un peu exclue de la vie du village car étrangère et ne parlant pas ou peu arabe. On peut aussi voir à travers son regard d’enfant les difficultés économiques de ces pays, et les différences culturelles. En tout cas, une chose est sûre, son père lui répète qu’il sera un arabe moderne, cultivé, l’arabe du futur.

8 commentaires

  1. Je te rejoins totalement concernant le ratio dépense/temps de lecture, ce n’est guère avantageux. La plupart des BD que j’ai lus ont été empruntées à la bibliothèque. Sinon, pour les comics je lis ceux de mon homme…
    J’ai lu le Guy Delisle! Mais je ne m’en souviens pas du tout. Il ne m’a clairement pas autant marquée que Chroniques de Jérusalem. Il a probablement évolué avec le temps vu que c’est son premier.

    1. Oui je pense aussi pour le Delisle qu’il a du évolué par la suite, après, il manquait peut-être aussi un peu de contenu pour le coup 🙂 Et merci de rassurer sur le ration dépense/temps de lecture XD Il n’y a que les romans graphique que j’achète vraiment au final, ils sont plus longs !

  2. Les bibliothèques, c’est le bien, le très bien !
    Je n’en ai lu aucune, et je ne suis pas vraiment tenté je dois avouer, même s’il faudrait peut-être essayer « L’Arabe du futur » vu le carton.

  3. Je n’en ai lu aucune… quand j’aurais un peu de temps faut vraiment que j’aille voir ce qu’ils ont dans la bibliothèque à côté de chez moi (moi j’ai arrêté les BDs par manque de place en fait)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *