Red Rising, Brown Pierce

Vous le savez si vous me suivez, la littérature young adult, en général, je m’en méfie toujours. Trop de romans pour les adolescents n’osent pas approfondir leur sujet, et c’est à mon sens bien dommage. Celui promettait du rêve sur la couverture : une mention “élu meilleur premier 2014”. Le pitch me tentait aussi.

On nous parle de Darrow, un “Rouge”, fou amoureux de sa femme, Eo. Ils vivent sur Mars, où un système de castes par couleur a été instauré. Les Rouges sont en bas de l’échelle, rien de plus que des esclaves à qui on a promis une récompense ultérieure pour aider à la terraformation de la planète Rouge. Les Ors sont au contraire les Surhommes qui gouvernent et qui manipulent.

La première chose qui m’a parue étrange dans cette dystopie, c’est que les personnages principaux ont entre 15 et 17 ans. Cependant, leur attitude n’est pas du tout au départ celle d’adolescents. Au contraire, Darrow est un blasé de la vie. Il accepte en effet son sort sans broncher, et ne rêve que d’une chose : qu’Eo et lui soient heureux, et aient assez de nourriture pour vivre. Au contraire, Eo, présentée par son époux comme fragile et à protéger, est une idéaliste passionnée, qui veut “réveiller” Darrow, et lui ouvrir les  yeux sur leur situation.

Les circonstances feront que ce héros sera bientôt contraint de se réveiller, et surtout, pris d’un désir de vengeance ravageur. Mais pour assouvir sa vengeance, il va devoir se fondre parmi l’ennemi, et passer avec l’élite des jeunes Or des épreuves redoutables…. Nous découvrons avec lui et sans réélle surprise Mars telle qu’elle est vraiment, bien loin de l’univers des Rouges.

Mais soyons clairs, l’univers des Ors n’est pas non plus de tout repos. En réalité, le monde créé par Pierce Brown est plutôt cruel à l’extrême, et basé sur la loi de la jungle : tuer ou être tué.

Les personnages secondaires sont intéressants, certains cachent bien leur jeu, ce n’est pas non plus exceptionnel. Cependant, l’auteur arrive bien à maintenir le suspens, et son univers est tout de même intéressant.

Conclusion ? Ce roman jeunesse n’est finalement pas mal du tout : mieux écrit qu’Hunger Games, on a un beau suspens, un univers sympathique, des personnages qui ne sont pas exceptionnels mais qui passent tout de même. En revanche attention : je déconseille fortement ce roman avant 14/15 ans. L’univers et le roman sont très cruels, et ne conviendront à mon avis pas aux plus jeunes.

ll compte pour le challenge SFFF et Diversité du RSF Blog en tant qu’item 6 : un roman young adult !

logodiversitepetit

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *