Rien ne nous survivra, de Maïa Mazaurette

 

Auteur : Maïa Mazaurette – Illustrateur : Hervé Leban
Editeur : Gallimard – Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070438198 – Prix : 7.30 €

A propos de l’auteur

Née en 1978, Maïa Mazaurette est chroniqueuse et scénariste. A l’aise dans tous les genres, elle a d’abord publié une autofiction avant d’écrire un roman de science-fiction, Rien ne nous survivra, puis Dehors les chiens, les infidèles. Egalement auteur de plusieurs guides, essais ou bandes dessinées, elle collabore régulièrement au magazine GQ. Elle vit actuellement a Berlin.

Résumé

Nous sommes dans un monde futuriste, où les jeunes ont pris le contrôle. A partir de 25 ans, vous êtes un vieux, votre corps commence à se dégrader, et vous serez exécutés. Nous suivons ici deux snipers, Silence, être asexué qui paraît presque invisible, et l’Immortel, sniper en vogue parmi les jeunes.

Ressenti

Difficile en commençant ce livre, de ne pas penser immédiatement au livre d’Anne Maro, Solution Terminale, qui prend exactement la thèse inverse. Pourtant, ces deux livres sont très différents.

Ici, nous attachons aux pas de Silence et de l’Immortel, deux snipers. Le premier est invisible, prudent, presque un fantôme aux yeux du monde. Comment ne pas être tout comme l’Immortel, fasciné par ce personnage ? Lui est puissant, définitivement masculin, et prêt à tout. Tous deux se préparent pour un évènement important, tout en tuant des vieux.

Le récit est parsemé de tracs des Théoriciens, qui nous expliquent la façon de voir des jeunes révoltés, morceaux de pensées intéressantes à analyser, du moins pour moi. Le roman se déroule sur les toits de Paris, et on est très vite happé par le rythme, et pris par les deux personnages, très différents, mais semblables à leur manière.

Une fois de plus, c’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé la plume de l’auteur, et même si le thème abordé peut être gênant, il pousse à la réflexion, et j’ai bien peur d’avoir été contaminée par la fascination de l’Immortel pour Silence ^^

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *