Saba, l’ange de la Mort, de Moira Young

 

Auteur : Moira Young – Traductrice : Laëtitia Devaux
Editeur : Gallimard Jeunesse – Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070696697 – Prix : 16 €

A propos de l’auteur

Moira Young a été comédienne, cantatrice, danseuse (elle s’est produite devant la famille royale anglaise) et même enseignante, avant de réaliser son rêve : devenir écrivain. Saba Silverlake est son premier roman. Née au Canada, Moira Young vit désormais en Angleterre, à Bath.

Quatrième de couverture

Au coeur d’un univers futuriste dévasté, la quête haletante d’une héroïne exceptionnelle. Écoutez le récit de Saba, jeune fille farouche et attachante, qui va découvrir, lors de sa longue épopée, que le plus difficile n’est pas de se battre, mais de faire confiance… Le premier tome d’une trilogie redoutable.

Ressenti

On démarre dès le début de notre histoire dans un univers sombre, avec un père dépressif, une héroïne qui n’aime pas sa petite soeur, et un frère, qui semble être l’unique rayon de soleil du coin. La situation ne s’arrange pas, puisque le père est tué, et le frère kidnappé. Et voilà donc nos deux personnages principaux, Saba et sa soeur, parties pour tenter de sauver leur frère.

Les relations entre soeurs sont tendues, et c’est même un des grands sujets du livre, puisqu’à première vue, ces deux-là ne s’aiment pas, ou plus précisément, Saba rejette sa jeune soeur, qui est considérée comme une incapable à cause de sa jeunesse.

L’intrigue est somme toute assez banale, puisque ce sera ni plus ni moins une quête pour retrouver le disparu. Cependant, le roman est assez violant, puisqu’une grande partie du récit se passe dans des arènes où ont lieu des combats, et rien n’est épargné.

Oui, le tableau peint jusqu’ici n’est pas bien glorieux. Pourtant, l’auteur est parvenue à ne pas nous mettre face à une Mary-Sue en puissance, mais à un personnage humain, qui évolue au fil du roman, et la faiblesse de l’intrigue peut être prise comme une volonté de laisser l’univers se mettre en place. Le bémol sera toutefois la violence parfois extrême du livre, qui s’adresse tout de même à la base à des adolescents voire des préadolescents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *