Sous le règne de Bone, de Russell Banks

 

Auteur : Russell Banks – Traducteur : Pierre Furlan
Editeur : Actes Sud – Parution : 2005
ISBN : 9782742708581 – Prix : 9.50 €

A propos de l’auteur

Né en 1940, Russell Banks, sans conteste l’un des écrivains majeurs de sa génération, est président du Parlement inter-national des écrivains et membre de la prestigieuse American Academy of Arts and Letters. Son oeuvre, traduite dans une vingtaine de langues et publiée en France par Actes Sud, a obtenu de nombreuses distinctions internationales. Il vit dans l’Etat de New York.

Quatrième de couverture

“Mon existence est devenue intéressante, disons, l’été de mes quatorze ans.

J’étais à fond dans la fumette et comme j’avais pas d’argent pour m’acheter de l’herbe je me suis mis à fouiner tout le temps dans la maison pour dénicher des trucs à vendre – mais il n’y avait pas grand-chose.” C’est alors que Bone, avec sa crête, son nez percé et le tatouage fondateur de son identité – des os en croix – prend la route, et que le roman se déploie au fil de ses aventures et de ses rencontres avec tout ce que l’Amérique puis la Jamaïque comptent de marginaux, d’aventuriers et de sages.

Ressenti

Nous sommes en Amérique, et nous suivons Bone, 14 ans, fumeur d’herbe, adolescent en rebellion. En effet, notre jeune ami a une crête, un nez percé, et un tatouage représentant une croix d’ossements, rien que ça.

Et pourtant, malgré ce personnage assez particulier, on ne tombe pas dans le cliché de l’adolescent mal dans sa peau. On a un adolescent qui aime sa mère mais ne la supporte plus, qui n’aime pas son beau-père, qui fait des conneries, qui se drogue, et qui cherche une solution pour payer sa drogue. Et qui va partir pour un road-movie. J’aime beaucoup cette image d’adolescent perturbé, qui sait qu’il fait des conneries, ou pas toujours, ça nous change un peu du personnage d’adolescent habituel, et ça n’est pas plus mal. Bone sera amené à rencontrer une foule de personnages, du drogué complet à l’homophobe en passant par les gens un plus normaux et un pédophile. Il va aussi être amené à rechercher le « zen », et à apprendre une toute autre philosophie de la vie, très différente de ce qu’il connaît, et aussi découvrir son vrai père, et ce qu’il est. J’ai adoré ce personnage déjanté qu’on découvre peu à peu, tout comme l’écriture très belle de Russel Banks qui ne mâche pas ses mots, mais qui nous emporte, nous faisant réfléchir, et découvrir les secrets de ses personnages. A lire sans l’ombre d’un doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *