Accueil » Coup de coeur » Vers les étoiles – Lady Astronaute, Mary Robinette Kowal

Vers les étoiles – Lady Astronaute, Mary Robinette Kowal

Au départ, mon oeil a été attiré par le recueil sorti chez Folio SF Lady Astronaute, et sa magnifique couverture, de Mary Robinette Kowal. Comme je préfère les romans, j’ai commencé par découvrir l’autrice avec Vers les étoiles, roman paru aux éditions Denoël. J’avais à la base dit que je ferais deux articles séparés, mais j’ai trop peu à dire sur le recueil pour en faire un article.

 

Une femme. Une mission. Sauver le monde.

1952. Une météorite s’écrase au large de Washington, dévastant une grande partie de la côte Est des États-Unis et tuant la plupart des habitants dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Par chance, Elma York et son mari, Nathaniel, en congé dans les Poconos, échappent au cataclysme et parviennent à rejoindre une base militaire.
Elma, génie mathématique et pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, et Nathaniel, ingénieur spatial, tentent de convaincre les militaires que la météorite n’a pu être dirigée par les Russes. Mais, ce faisant, ils découvrent que la catastrophe va dérégler le climat de manière irréversible et entraîner, à terme, l’extinction de l’humanité.
Seule issue : l’espace. Une coalition internationale lance un programme spatial de grande envergure… inaccessible aux femmes. Elma compte pourtant bien y prendre part et devenir la première Lady Astronaute.

Vers les étoiles est une uchronie dont le point de départ est assez simple  :  la conquête spatiale démarre bien plus tôt que dans la réalité, à cause de  la météorite qui dévaste une grande partie de la côté Est des Etats-Unis, et à laquelle ne survivent Elma et Nathaniel que par un immense coup de chance : être en vacances ailleurs.

Elma deviendra ce qu’on appelle une “calculatrice”, ces femmes extrêmement douées en mathématiques, qui les réalisaient les calculs aujourd’hui réalisés par ordinateur, malgré ses doctorats en physique et en matéhique, tandis que son mari, simple ingénieur, devient un ponte à la tête du programme. Elma découvrira le vrai danger du météore : le changement climatique qui rendra la Terre inhabitable.

C’est donc à cette période qu’est lancé le programme spatial, accessible uniquement aux hommes, parce que années 50. Elma est légèrement protégée du sexisme ambiant par son mari, ponte du programme, mais reste avec les ambitions de “plaire à son mari tenir une maison etc.”, alors qu’elle rêve d’aller dans les étoiles.

Attention : si vous vouliez lire un roman plein d’action et de voyages spatiaux, c’est raté. Ce que nous raconte ici Elma, c’est son combat pour arriver à intégrer les femmes dans les programmes spatiaux, et faire comprendre à la gente masculine qu’elles sont toutes aussi compétentes que leurs homologues masculins.

Malgré sa force de caractère, et il en faut pour s’imposer dans ce milieu masculin, Elma a ses faiblesses : elle fait des crises de panique, et découvre le racisme, y compris intériorisé, incapable au début du roman d’imaginer qu’une femme noire mariée ait un métier autre que de tenir sa maison.

Mais, spoiler alert, Elma n’a pas l’intention de renoncer à visiter les étoiles à cause de son genre, et va devoir se battre pour. Se battre à travers un gouvernement qui voit en elle l’opportunité de faire de la pub pour son programme spatial, se battre contre ses pairs, car oui la concurrence est rude, se battre contre les astronautes hommes qui estiment que les femmes sont trop “faibles” pour aller dans l’espace.

Le recueil Lady Astronaute se déroule bien après le roman, et nous n’y retrouverons d’ailleurs pas toujours Elma en personnage principal, puisqu’elle n’apparaît que dans la nouvelle éponyme qui a donné son nom au recueil.  A dire vrai, seules deux des nouvelles mo’nt vraiment marquée : Nous interrompons cette émission se déroule en 1952, et nous explique les causes du désastre présent dans Vers les étoiles, et Lady Astronaute. Dans cette dernière, on retrouve une Elma âgée de 63 ans, empêchée par son âge d’aller dans les étoiles, avec Nathaniel, mourant, et qui a une opportunité en or de repartir, mais qui implique de laisser son mari mourir sans elle.

En conclusion, Vers les étoiles a été un gros coup de coeur pour moi. Lady Astronaute s’est avéré un recueil également intéressant notamment par sa nouvelle principale, mais vous connaissez tous ma sensibilité aux nouvelles en règle générale et il est très probable que des personnes aimant les nouvelles l’apprécieront plus que moi 🙂 Une chose est sûre : je lirais avec plaisir d’autres romans de Mary Robinette Kowal !

D’autres avis pour :

shaya

20 réflexions sur « Vers les étoiles – Lady Astronaute, Mary Robinette Kowal »

  1. Effectivement, en traduction shaya -> lecteur lambda, si tu as apprécié deux nouvelles, ça équivaut à dire que le recueil est un chef-d’oeuvre. =P
    Je lirai les deux un jour – un jour de 2021 même, c’est probable, tant ça a l’air bien.

  2. Le roman me donne très très envie (le recueil viendrait pas après, je suis moins nouvelles également). C’est vraiment une thématique qui va me plaire à 100% j’en suis certaine.

  3. Coooool, c’est super que tu aies aimé ! Vivement la suite ! (ok faut que je lise le recueil)
    (truc chelou : je sais pas si c’est juste moi mais ton diaporama des couvertures, je le vois carré et du coup les images sont déformées).

    1. Et l’avantage du recueil c’est qu’il se lit vite poru le coup ! Etrange ce diaporama, je vais regarder, j’ai changé un format là dessus en début de semaine, c’est peut-être lié !

  4. Je l’ai acheté, il est dans ma liseuse, il va y passer cette année probablement, pour le recueil, j’en suis moins sûr.
    Ton année lecture commence bien en tout cas !

  5. Le recueil de nouvelles m’a totalement séduite. Chacune montre une facette des failles et forces humaines. Chacune se répondent d’une certaine manière. Evidemment, celle qui a donné le titre est superbe, profondément touchante. Décise aussi quant à poursuivre l’aventure Vers les étoiles. J’attends sa sortie au format poche pour le lire 🙂

    Une belle découverte en 2020.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page