Zombie nostalgie, d’Øystein Stene

Tout d’abord, commençons par remercier les éditions Actes Sud de m’avoir fait découvrir ce roman. En effet, même si j’apprécie beaucoup leurs ouvrages en règle générale, les romans de zombies m’attirent assez peu.

Sauf que dans Zombie Nostalgie, nous sommes très loin du roman classique de zombies, avec la fin du monde et de l’humanité, et des morts-vivants simplement perçus comme des monstres à éradiquer.

Tout commence avec Johannes,  qui se réveille nu, sur une île, sans aucun souvenir. Sa peau est grisâtre, tenter de bouger est un challenge à lui seul, et n’essayons même pas de penser à parler.

Notre héros vient d’atterrir sur l’ile de Labofnia, une petite île perdue au milieu de l’Atlantique, dont les services secrets et européens s’ingénient à cacher l’existence au reste du monde. En effet, les Labfoniens sont semblables à Johannes : une peau grise, des difficultés à se mouvoir bien qu’ils aient des cours de rééducation, pas de passé, et pas d’émotions.

Ce roman est clairement un texte d’ambiance : à l’image des habitants de l’île, le roman prend son temps pour nous faire découvrir l’espèce de léthargie dans laquelle ils se trouvent. Rapidement, Johannes s’interroge sur leurs origines, sur cette vie qu’ils mènent, totalement dépourvue d’émotions.

Zombie Nostalgie m’a beaucoup plu par son côté introspectif : les habitants semblent tous ou presque anesthésiés, et notre héros fait partie des rares à se questionner, sur le sens de leur vie. Le lecteur sait aussi que leur destin est inéluctable, triste, et quelque peu déprimant.

Qui voudrait d’une vie dépourvue de joie et de douleurs ? Le roman ne plaira peut-être pas aux lecteurs qui rêvent de monstres sanglants, pour moi, c’est un coup de coeur que je vous recommande !

D’autres avis chez Lune !

Actes Sud collection Exofictions – novembre 2015 – 22€

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *