Accueil » Bilan » Bilan mensuel septembre 2022 #26

Bilan mensuel septembre 2022 #26

Si août avait été plutôt productif niveau lecture, ce n’est pas le cas de septembre, que ça soit blog ou lecture. On ne va pas se mentir, mon dos a fait des siennes tout le mois, et il est difficile de me concentrer sur la lecture dans ces moments-là. Heureusement octobre devrait être plus fructueux !

Côté blog

Côté lecture

 

  • Effet de réseau, Journal d’un AssaSynth tome 5 de Martha Wells : toujours aussi chouette de suivre ses aventures !

 

  • Superluminal de Vonda McIntyre : en cours, j’avoue que la préface était intéressante à lire, mais en dévoile un peu trop à mon goût….
  • L’évaporée de Fanny Chiarello et Wendy Delorme : en cours

Côté PAL

  • L’évaporée de Fanny Chiarello et Wendy Delorme

« Qu’est-ce qui peut bien faire qu’une femme soudain abandonne celle à qui elle vient de dire, Quels merveilleux moments j’ai passés auprès de toi, aujourd’hui encore : je veux ça tous les jours de la vie ? » Tel est le questionnement auquel est confrontée Jenny après le départ d’Ève. Toutes deux apprendront qu’« on peut vivre une même histoire de deux façons totalement différentes ». Livrant en alternance les points de vue des deux femmes, Fanny Chiarello et Wendy Delorme interrogent de manière sensible et incarnée la possibilité d’une relation durable, la compatibilité de modes de vie a priori opposés, la nécessité d’affronter les fantômes du passé afin de rendre le présent possible, tandis que s’ébauche en contrepoint une subtile réflexion sur les pouvoirs et les limites de la création littéraire.

  • L’Odyssée d’Homère, traduction de Philippe Jaccottet

« Ô Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif :
celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra,
voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages,
souffrant beaucoup d’angoisse dans son âme sur la mer
pour défendre sa vie et le retour de ses marins
sans en pouvoir sauver un seul, quoi qu’il en eût :
par leur propre fureur ils furent perdus en effet,
ces enfants qui touchèrent aux troupeaux du dieu d’En-Haut,
le Soleil qui leur prit le bonheur du retour …
À nous aussi, Fille de Zeus, conte un peu ces exploits ! »

Ainsi s’ouvre le premier des vingt-quatre chants de L’Odyssée – mais faut-il présenter ce « très vieux poème » ? La superbe traduction (en vers) de Philippe Jaccottet fait revivre l’épopée d’Homère, qui vient « à son lecteur ou, mieux peut-être, à son auditeur un peu comme viennent à la rencontre du voyageur ces statues ou ces colonnes lumineuses dans l’air cristallin de la Grèce… ». D’après la tradition antique, Homère, l’aède aveugle, aurait vécu au IXe siècle avant J.-C. et serait l’auteur de cette épopée universellement connue, composée après L’Iliade.

  • Subtil béton du collectif Les agglomeré.s.

Zoé est lycéenne lorsque le mouvement social devient insurrectionnel. À force d’assassinats et de disparitions, la révolte est écrasée par le régime. Les révolutionnaires se dispersent alors que l’autoritarisme se renforce.
Subtil béton n’est pas l’histoire de cette insurrection, mais de ce qui reste après la défaite. Colères et tendresses se mêlent en de multiples tentatives pour reconstruire espoirs et solidarités.
Cette anticipation parcourt les questionnements politiques contemporains : de la précarité au patriarcat, de la surveillance de masse au mal-logement, du racisme aux violences policières. Subtil béton est une œuvre collective, unique, féministe, engagée.

  • Quitter les monts d’automne d‘Emilie Querbalec

Recueillie par sa grand-mère après la mort de ses parents, Kaori vit dans les monts d’Automne où elle se destine à être conteuse. Sur Tasai, comme partout dans les mondes du Flux, l’écriture est interdite. Seule la tradition du « Dit » fait vivre la mémoire de l’humanité. Mais le Dit se refuse à Kaori et la jeune fille se voit dirigée vers une carrière de danseuse. Au décès de sa grand-mère, Kaori hérite d’un rouleau de calligraphie, objet tabou par excellence, dont la seule détention pourrait lui valoir une condamnation à mort. Pour percer les secrets de cet objet, mais aussi le mystère qui entoure la disparition de ses parents, elle devra quitter les monts d’Automne et rejoindre la capitale.

En octobre….

La préparation des Utopiales sera donc ce mois-ci, la programmation n’étant pas sortie en septembre. Au programme également, finir de compiler ma liste d’autrices, en la complétant avec celles non-lues du tag de Vert, et les primées non-lues des gros prix de SFFF. Il y a encore du travail et peut-être un nouveau challenge avec moi-même, on va bien voir !

Et toi, tu lis quoi en octobre ?

 

 

 

 

 

shaya

14 réflexions sur « Bilan mensuel septembre 2022 #26 »

    1. Je pense que oui pour la préface, mais elle est intéressante malgré ça. Pour L’Odyssée, ça fait des années que je veux le lire sans jamais passer le pas, et ma lecture des Madeline Miller m’a remotivée 😉

  1. Ah! parfois les préfaces ne savent pas tenir leurs langues! Un comble, j’hésite de temps à autre à les lire avant ou après le roman.
    Je te souhaite un très bon mois d’octobre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page