Journal de nuit, Jack Womack

Jack Womack

Vous le savez peut-être, je suis avec attention les parutions de Folio SF, et ce roman de Jack Womack m’a bien intrigué dès sa sortie.

Un résumé énigmatique, un auteur peu connu, et un thème qui se rapproche du célèbre journal d’Anne Frank.

Lola Hart, 12 ans, a reçu ce journal pour son anniversaire, et choisit de le nommer Anne. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec Anne Franck ! La vie de l’adolescente paraît au premier abord tout à fait normale : une vie de collégienne, avec ses hauts et ses bas, ses  amies, sa petite soeur Boob, et ses parents. Mais la famille de Lola fait face à d’importants soucis financiers. Elle ne donnera pas l’époque à laquelle elle vit, la situation économique ou politique, et nous laisse imaginer un passage difficile dans la vie de cette famille.

Seulement, la situation ne cesse de s’aggraver. Comment vivre normalement quand votre famille est harcelée par les banques ? Quand on doit déménager, et voir ses parents dépérir petit à petit, tout comme sa soeur ?

Car oui, Lola a douze ans, mais elle voit sa mère s’abrutir de médicaments pour tenir le coup, ce nouveau quartier bien moins sécurisant que le premier, l’état de son père dégrader. Son journal est également plein de ses amies, de sa découverte de son orientation sexuelle, de ses joies et de ses déceptions, qui se feront plus nombreuses page après page. Elle nous parle aussi de ses nouvelles amies, Jude et Iz, de ces adolescentes qui tentent de survivre tant bien que mal.

Jack Womack n’est pas un auteur de science-fiction très connu en France. Il a pourtant six romans publiés, dont trois traduits chez nous. Notons tout de même qu’il n’a rien publié depuis 2006.

Journal de nuit n’est pas un livre aisé à lire, voire même de ceux à éviter quand on déprime un peu, mais il est aussi incroyable. Par le biais de ce journal, Jack Womack nous explique comment une jeune fille plutôt banale finira par devenir toute autre chose, de bien plus terrifiant. Il retrace lentement la déchéance, les travers qui se dévoilent, et finalement, la chute.

Il nous interroge aussi sur nous-même. Qui, face à de telles situations, tiendrait le choc ?

Il faut cependant un petit défaut à chaque livre, et pour celui-ci, ce sera le manque de contexte. La narratrice n’estime probablement pas nécessaire d’expliquer au lecteur la situation politique, ce qui a mené à une telle situation, mais c’est pourtant une chose que j’aurais appréciée.

Le roman de Jack Womack est pourtant un vrai coup de coeur, malgré son aspect déprimant, dépourvu d’optimisme. Un roman choc, qui pousse à s’interroger.

 

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *