Libration de Becky Chambers

Libration de Becky Chambers

Il y a peu, je vous parlais de L’espace d’un an de Becky Chambers, un space-opéra coup de cœur pour moi. Aujourd’hui, c’est au tour de Libration de passer à la casserole.

Techniquement, il s’agit d’un second tome, mais Libration peut tout à fait se lire indépendamment, bien qu’il vous manquera quelques éléments de l’univers. Nous retrouvons ici deux personnages de L’espace d’un an, Poivre, mécano, et Lovelace, l’IA du vaisseau qui a choisi de s’incarner dans un corps humanoïde, un “kit” selon elle. Pour être honnête, le personnage de Poivre, secondaire dans le premier tome, ne m’avait pas vraiment marqué : elle ne fait pas partie de l’équipage, bien qu’on la croise. Lovelace est quand à elle une version réinitialisée de l’IA du vaisseau, qui était tombée amoureuse de Jenks, le technicien : nous ne retrouvons donc pas cette personnalité-ci.

Contrairement au premier tome, Libration est un roman beaucoup plus structuré qui suit une ligne rouge : d’une part, nous découvrons l’enfance de Poivre, enfant-esclave des usines, et de l’autre, nous suivons l’adaptation difficile de Lovelace à son corps d’humain, le tout à raison d’un chapitre sur deux. Les parties concernant Lovelace ne sont pas celles qui m’ont plus le intéressé : il est difficile de s’identifier à  une intelligence artificielle, et de concevoir les difficultés d’être coupée du “réseau”, de l’espace mémoire soudainement limité.

En conclusion, ce roman reste très chouette à lire, mais est moins un coup de cœur que L’espace d’un an, malgré ses qualités. Son aspect structuré plaira certainement à tout ceux qui manquaient cruellement d’un fil rouge, absent dans le premier tome, même si l’aspect optimiste (voire un peu naïf pour certains) est toujours là.

Et pour (re)découvrir mon avis sur L’espace d’un an, c’est par ici !

8 commentaires

  1. Idem. En fait je l’avais emprunté en numérique à la bibliothèque mais c’était fin février, le temps que j’y repense le prêt avait expiré. Ca sera pour une prochaine fois xD

  2. Faudrait que je m’y mette un jour, le premier était sympa.
    Comme tu le disais dans les commentaires du premier roman, il y a en effet un (enfin, deux du coup !) personnages en commun entre les deux romans, ça aide pour faire le lien.
    Et puis, ho, il y a un fil rouge, le grand absent du roman précédent ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.