Mort d’un sombre seigneur, de Laurell K Hamilton

 

Auteur : Laurell K Hamilton – Traducteur : Dominique Mikorey – Illustrateurs : Jon Foster et Matt Adelsperger
Editeur : Milady – Parution : Octobre 2009
ISBN : 9782811201913 – Prix : 6 €

A propos de l’auteur

Née en 1963 dans une petite ville de l’Arkansas, Laurell Kaye Hamilton a été élevée par sa grand-mère dans un petit village de l’Indiana. En 1993, elle crée le personnage d’Anita Blake et ignore alors qu’elle est l’instigatrice d’un nouveau mouvement littéraire, dérivé de la Fantasy urbaine : la bit-lit. Depuis, elle consacre chaque année un roman à son personnage fétiche, parallèlement à des ouvrages de la série Merry Gentry ou des novélisations pour des licences. (Star Trek : The Next Generation, Ravenloft.)

Quatrième de couverture

Dans un monde où la sorcellerie est redoutée plus que tout, une jeune fille découvre qu’elle a d’étranges pouvoirs magiques.
Mais peut-elle se fier à son propre don alors que tout est corrompu ?

Ressenti

Il faut savoir que j’ai lu cet ouvrage en ayant bien vu marqué “Ravenloft” sur la couverture, mais sans avoir un seul instant fait le lien entre ça et le jeu Donjons et Dragons qui m’est pourtant connu. C’est le premier reproche que je ferais à ce livre, puisqu’en fait Ravenloft est le nom d’un royaume, que l’auteur ne prend pas le temps d’expliquer réellement au lecteur. Avouons-le, une petite explication ou un renvoi à une explication aurait pourtant été très utile.

 

Le premier chapitre nous parle de Calum Maitrechant, vieillard en train de mourir et qui va décider de prendre un nouveau corps, plus jeune. Et sur le reste du roman, nous enchainons sur les aventures d’une troupe d’aventuriers, conduite par Jonathan, meilleur ami de Calum, et par son épouse Tereza. Parmi, Elaine Cairn et son jumeau. Elaine est une jeune fille qui a refoulé ses pouvoirs jusqu’à présent, et qui va donc devenir magicienne dans un monde où la magie est crainte et haïe…

 

L’aventure en elle-même est intéressante, mais sincèrement, sans savoir qu’on est dans un monde de Donjon et Dragons ou pour des non-initiés, il est très difficile de comprendre rapidement que nos héros sont bel et bien un groupe d’aventuriers.

 

Les personnages ne sont pas très développés, c’est compréhensible étant donné que ça n’était apparemment pas ce que voulait faire l’auteur ici, mais on a parfois du mal à les comprendre, d’autant plus que certains paragraphes ne sont pas franchement clairs au niveau du style.

 

Enfin, outre l’histoire de Calum, on a d’autres intrigues qui se dévoilent peu à peu, et j’avoue avoir été extrêmement frustrée que certaines soient subitement laissées de côté, comme les pouvoirs de guérison d’Elaine par exemple.

 

Ce livre se lit cependant très vite, et c’est très clairement un roman d’aventure, mais pour moi il est vraiment dommage de ne pas avoir placé d’introduction pour expliquer un peu le monde et l’univers, et surtout indiquer que ce tome-ci fait partie d’une série… Car ça n’est à aucun moment indiqué sur l’ouvrage, qu’on ne comprend pas grand chose, et on reste sur sa fin.

 

Livre lu en lecture commune avec Livraddict, voilà les avis des autres participants :

 

Basset

Frankie

Karline

Kristus

Melisende

Nanet

Thalia

 

Merci à Melisende pour l’organisation, et pour m’avoir permis de tirer ce livre de ma PAL !

4 commentaires

  1. Pour ce qui est d'une intro expliquant le contexte il est vrai que ça aurait aidé les novices mais étant donné qu'à l'époque les tomes de cette saga s'enchaînaient très rapidement, ce n'était pas nécessaire selon moi, à ce moment-là. De côté-là, ce serait plutôt Milady qui a merdé en ne rééditant que ce livre et non ceux d'avant en premier. Et même dans ce cas il aurait fallu improviser alors un genre de prologue mettant en place les points phare de l'histoire. La pierre n'est donc pas vraiment à jeter à Hamilton du coup.

    Par contre ce que je reproche un peu à cette histoire, comme beaucoup d'autres dans celle LC, c'est qu'on suit 3 histoires en même temps pour un si petit livre … L'histoire se tient mais elle aurait pu être beaucoup mieux si chaque aspects avaient pu être plus développés.

  2. C'est vrai que Milady aurait pu préciser de façon voyante qu'il ne s'agit pas d'un livre à part entière mais d'un titre s'inscrivant dans un plus grand ensemble.
    Après, nous lecteurs, pourrions aussi faire "l'effort" de se renseigner mais à mon avis, ils ont voulu profiter du nom d'Hamilton en pensant que les lecteurs d'Anita Blake (et les autres) se jetteraient sur ce titre sans se poser de questions… et ils n'ont pas eu tort pour le coup !

    Cela dit, même si je n'ai pas aimé cette lecture, je suis intriguée par le monde de Ravenloft et je serais bien tentée de lire les premiers titres de la série… ^^

    Merci d'avoir participé !

    PS : par contre, c'est Melisende avec un -e. 🙂

  3. Je suis d'accord avec toi sur le fait que certaines histoires sont subitement laissées de côté. J'ai eu l'impression qu'Hamilton voulait trop en faire dans un livre aussi peu épais et finalement ça gâche un potentiel qui aurait pu être intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *