Sur les écrans #7

(Toutes mes excuses à l’avance pour la longueur de cet article, j’étais intimement persuadée de ne pas avoir assez de films et séries à y mettre, et en fait … si.) Sur ce, c’est parti pour la septième édition de Sur les écrans !

Films

  • 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance

Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

3 Billboards, les panneaux de la vengeance, nous parle à merveille de la police américaine dans ces petites villes où la vie n’est pas rose, et de la difficulté de ce métier, dans un endroit où la confiance envers les flics n’est pas au rendez-vous. J’ai cependant été un peu gênée par la grande vulgarité du film.

  • Pentagon Papers

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d’années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Pentagon Papers est quant à lui un chef d’oeuvre. On ne parlera pas au final tant que ça de la guerre du Vietnam, et tant mieux puisque le vrai sujet est bien celui de la liberté de la presse, face à un Etat qui préférerait garder l’opinion publique de son côté, quitte à lui cacher la vérité. On voit aussi dans ce film le choc des générations, avec la propriétaire du journal, élevée pour “faire un bon mariage, des enfants, et rester s’en occuper”, et qui devra prendre en main son entreprise, et faire des choix difficiles.

  • Patients

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

Patients, c’est le film réalisé par le chanteur Grand Corps Malade, sur son expérience du handicap, bien que ce film ne soit pas un biopic. On découvre avec lui toute la difficulté de se retrouver soudainement tétraplégique, et surtout, les difficultés pour s’en sortir. Patients, c’est aussi toute une galerie de personnages, en passant par les soignants qui doivent faire avec des patients pas toujours coopératifs, découragés, etc, et aussi d’autres handicapés. L’une des choses qui rend ce film si triste à mes yeux est justement ces autres handicapés. Si le personnage de Ben parvient à progresser lentement mais sûrement, d’autres sont coincés dans leur handicap malgré tous leurs efforts, et d’autres encore ne s’en sortiront probablement jamais. Un film sympathique sur le handicap.

  • Downsizing

Dans un futur proche, des scientifiques mettent au point un processus pour lutter contre la surpopulation. En effet, le downsizing permet de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm. Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie. Cette promesse d’un avenir meilleur décide Paul Safranek et sa femme Audrey à abandonner le stress de leur quotidien à Omaha, pour se lancer dans une aventure qui changera leur vie pour toujours.

Ce film avait de bonnes idées. Et même, de très bonnes. Le problème ? On passe tout le film à attendre que le film démarre, pour au final atterrir sur une sorte de comédie romantique. Oui, certains personnages sont funs, mais ça ne sauve pas du tout le film pour moi. Next !

  • Justice League

Après avoir retrouvé foi en l’humanité, Bruce Wayne, inspiré par l’altruisme de Superman, sollicite l’aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d’une attaque apocalyptique…

En principe, je suis relativement tolérante sur les films de super-héros, d’autant plus que je connais très mal les univers DC et Marvel. Mais cette fois-ci, je n’ai rien vu à sauver dans ce film. Les nouveaux personnages, à savoir Aquaman, Cyber, et Flash, sont introduits extrêmement brièvement, et on saura à peine qui ils sont de tout le film. Wonder Woman est d’une niaiserie à mourir ici, et Superman n’arrive qu’en grand sauveur de ce tout petit monde. En bref ? Je le déconseille.

  • Thor : Ragnarok

Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk…

Thor : Ragnarok, c’est l’exemple type des films de super-héros qui passent à peu près. Il y a suffisamment d’éléments humoristiques bien amenés pour me faire apprécier ce film, mais l’intrigue ne casse pas trois pattes à un canard, et visiblement, Marvel a ici complètement oublié que les méchants en nuance, ça existe ! Si vous voulez un petit film marrant à regarder sans en attendre plus, pourquoi pas. Sinon, passez votre chemin !

  • Coco

Miguel, un jeune Mexicain de 12 ans vivant avec sa famille dans une zone rurale du Mexique, résout un mystère générationnel lié à sa famille en déclenchant une série d’événements qui donnera lieu à une réunion de famille, entre défunts et vivants. L’action se déroule lors du traditionnel Jour des morts.

Autant vous prévenir tout de suite : ce film est un (très gros) coup de cœur. Tout d’abord visuellement, parce que cet univers extrêmement colorée nous surprend européens, pour un film lié à la mort. Musicalement ensuite, parce que la musique de ce film est vraiment très cool. Au niveau du scénario enfin, car plus qu’un film sur la musique, c’est un film sur le souvenir et sur la famille. À voir pour les petits comme pour les grands !

Séries

  • The Crown, saisons 1 et 2

The Crown présente la vie de la reine du Royaume-Uni Élisabeth II, de son mariage en 1947 jusqu’à nos jours. Six saisons sont prévues à terme ; chacune couvrant une décennie du règne de la souveraine britannique. La première saison présente le mariage de la princesse Élisabeth et de Philip Mountbatten, son accession au trône, ses premières années en tant que reine et ses relations avec le protocole et le monde politique. La deuxième saison traite des relations du couple royal, de l’histoire personnelle et du passé difficile du duc d’Édimbourg, ainsi que de l’éducation du prince Charles. Les frasques de la princesse Margaret et son mariage avec Antony Armstrong-Jones sont également abordés.

Je vous ai déjà parlé de mon amour pour les séries historiques ? Cette fois-ci, on plonge de nouveau dans l’histoire britannique, mais pour y suivre la vie d’Elisabeth II. La première saison est celle de l’accession au trône et est passionnante : même si on y est préparé depuis toujours, hériter d’un trône n’est pas une tâche aisée, encore moins quand on a une vie établie à côté. J’ai particulièrement aimé adorer et détester le personnage de Philip Mountbatten joué par Matt Smith. La saison 2 m’a paru plus politique : on y suivra autant le couple royal que la crise du canal de Suez, ou les difficultés pour gérer l’oncle de la reine, Edouard VIII, aux idées un peu trop nazies. Une série qui continue donc à être passionnante !

  • Victoria, saison 2

La série suit la vie de la Reine Victoria, jouée par Jenna Coleman, de son mariage à la naissance de son premier enfant.

victoria

Décidément, cette série continue à me fasciner. On découvre une reine toujours jeune, impulsive et enfantine sur certains points, mais surtout face à la difficile réalité d’être une femme qui gouverne, dans un monde extrêmement misogyne. Victoria va découvrir la triste réalité d’être mise à l’écart comme une pestiférée et la lutte pour conserver son peu de pouvoir, tout ça à cause de la maternité. La maternité d’ailleurs, parlons-en. Dans cette saison, la jeune reine n’est pas franchement décrite comme une mère et jeune accouchée parfaite, mais plutôt comme une jeune mère qui doute de pouvoir s’attacher à ces “choses qui à part hurler, faire leurs besoins, et dormir” ne font pas grand chose au démarrage de leur vie. C’est vraiment très chouette à mon sens d’aborder ce sujet difficile encore aujourd’hui. Certains épisodes de la saison sont clairement faiblards, quand d’autres sont très bien, et la saison dans sa globalité mériterait un peu plus de rythme.

  • Chicago Med, saisons 1 à 3

La série raconte le quotidien des médecins du Chicago Medical Center, le centre hospitalier d’urgences de Chicago.

Vous voulez connaître un autre de mes pêchés mignons télévisuels ? Les séries médicales. Et c’est bien pour ça que je me suis lancée dans Chicago Med, qui n’est pas grand chose qu’un Urgences revisité, en moins bien. L’aspect médical n’est hyper intéressant à mes yeux, mais il est intéressant de suivre aussi des psychiatres aux Urgences. Les personnages sont tour à tour intéressant à suivre (j’ai beaucoup aimé pour ma part suivre un personnage atteint d’une maladie qui modifie considérablement son comportement), mais il faut bien avouer qu’il n’y a pas grand chose de neuf sous les Urgences. En bref, une série sympathique, mais sans plus.

  • Mindhunter, saison 1

En 1977, à l’aube de la psychologie criminologique et du profilage criminel au sein du FBI, les agents Holden Ford et Bill Tench vont s’entretenir avec plusieurs tueurs en série. Ensemble, et avec l’aide de la psychologue Wendy Carr, ils vont tenter de cerner la personnalité de nombreux meurtriers afin d’acquérir les connaissances nécessaires à la résolution d’affaires criminelles.

Dans cette série, on assiste à la création du futur BAU, alias le bureau des sciences comportementales du FBI, et c’est absolument génial. J’adore suivre ces agents qui font face à l’incrédulité des autres, et qui vont devoir se battre pour faire reconnaître leur matière. Certains tueurs en série questionnés sont aussi génialement terrifiants. Comment mettre en place des techniques d’interrogatoire efficaces face à ces manipulateurs hors-pairs ? En revanche, dans cette première saison, je trouve que Wendy Carr n’est finalement pas le personnage le plus intéressant à part en mode “la cheffe qui n’est pas trop contente de leurs méthodes”, et il serait très chouette qu’elle prenne plus d’importance par la suite. Conclusion : fans de polars et de tueurs en série, vous allez adorer !

  • The Sinner, saison 1

Une jeune mère commet un assassinat sans savoir pourquoi. Le lieutenant Ambrose va chercher à déterminer l’origine de ses excès de violence en fouillant dans son passé.

The Sinner est une mini-série (8 épisodes), qui traite de la folie. Comment une jeune mère, en apparence tout à fait normal, peut-elle brusquement commettre un meurtre sanglant ? On va avec le lieutenant Ambrose fouiller dans son passé, et, spoiler, on n’en ressortira pas indemne… Cette série met un peu de temps à démarrer, mais accrochez-vous, car passé les deux premiers épisodes, la série ne fera que monter en puissance avec succès.

Pour les séries suivies de longue date, NCIS continue à se maintenir (même si au vu des annonces de départ d’acteurs, j’ai de grosses craintes pour la suite), Criminal Minds a fini ses rebondissements, et après une saison très chouette, la nouvelle ne me convainc pas. Grey’s Anatomy par contre fait une superbe remontée, The Big Bang Theory commence à être lassant, et The Fosters, pas mal, mais sans plus.

12 commentaires

  1. Je te rejoins pour Three Billboards et Thor! Un peu moins pour Justice League que j’ai bien aimé. J’ai même exulté quand Superman débarque en sauveur avec sa réplique sur la justice (hahahaha je me demande si c’est le moment officiel où tu deviens vieux et réactionnaire, le moment où ce genre de réplique/mise en scène te parle ^^). Tout est intéressant dans ce que tu cites. Je ne verrai jamais les séries par manque de temps mais j’espère au moins voir Pentagon Papers avant qu’il ne soit retiré de l’affiche.

    1. Bah Justice League, je pensais sincèrement que ça allait passer comme pour Thor, mais le traitement de certains persos genre Aquaman m’ont saoûlée. C’est tout juste si on connait son nom ! Et fonce pour Pentagon Papers, il est top !

  2. Plutôt bien aimé Justice League et Thor, mais je suis bon public en général sur ce genre de film… Faudra que je rattrape Coco et Pentagon Papers. Je garde aussi Downsizing sous le coude par curiosité (j’avais bien aimé un autre film de ce réalisateur).
    Côté séries beaucoup aimé The Crown aussi et c’est tout ce qu’on a en commun ^^

    1. Ben moi aussi pour les films de super-héros en général, mais Justice League n’est pas passé ^^ Tu me diras ce que tu as pensé de Downsizing, j’ai l’impression que pas mal de gens sont moins négatifs que moi sur le sujet !

  3. Je note quelques films 🙂 Je n’ai toujours pas vu le dernier Thor d’ailleurs. The Crown et Victoria sont dans ma liste à voir (mais plus difficile à caser car mon amoureux ne souhaite pas les visionner). Mindhunter en cours, je partage ton avis sur Grey’s anatomy et TBBT.

    1. Effectivement, regarder des séries toute seule c’est moins fun quand on vit à deux, mais elles valent le coup ! J’attendrais avec impatience ton avis sur Mindhunter en tout cas !

  4. J’ai vu tous les films et globalement suis d’accord avec toi. Côté séries The crown, Victoria Mindhunter et The sinner m’intéressent. Au contraire de toi je déteste les séries médicales XD Overdose de Docteur House et de Grey’s anatomy m’a vaccinée à vie. Je suis étonnée qu’Alys ne t’ai pas parlé de Scrubs :p J’ai vu la première saison mais j’ai laissé tomber faute d’intérêt, même si ça parle plus des relations avec les gens que d’hôpital.

    1. Effectivement, aucune mention de Scrubs pour le moment, je note, mais je crois bien avoir déjà tenté une fois et ne pas avoir accroché, mais bon, un deuxième essai ne peut pas faire de mal XD

  5. Je n’ai vu que Thor… Que j’ai bien aimé malgré une méchante sans intérêt… Mais l’humour fonctionne bien et j’ai passé un bon petit moment.
    J’ai prévu de rattraper Pentagon Papers , Justice League et Coco, mais ce sera en VOD/Blu-Ray sans doute.
    Pour le reste… Pas le temps je crois ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.