Chroniques express #2

  • Les Bannis et les Proscrits (série de 5 tomes), James Clemens :

Par une nuit fatale à Alasea, pays ravagé par une malédiction, trois mages accomplissent un ultime sacrifice dans l’espoir de préserver le bien.
Cinq cents ans jour pour jour après cette nuit funeste, une jeune fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps.
Mais avant qu’elle puisse en saisir les implications, le Seigneur Noir lance ses hordes des ténèbres pour s’emparer de la magie embryonnaire qu’elle détient. Dans sa fuite, Elena est précipitée vers une issue terrible… mais aussi vers la compagnie d’alliés inattendus, avec lesquels elle va tenter de combattre les forces maléfiques et de secourir un empire autrefois glorieux.

Pour être honnête, cette série de romans ne me tenait pas beaucoup à la base. Connue de nom, le résumé me laissait craindre une saga de fantasy très classique (ce qui n’est certes pas une mauvaise chose, mais pas ce que je préfère). Pourtant, force m’est d’admettre que j’ai dévoré les cinq volumes d’une traite. Le premier volume n’est clairement pas le meilleur : le côté classique du personnage principal adolescent qui devient soudainement orphelin et doit sauver le monde est bel et bien là. Cependant, l’auteur a un sens du rythme qui permet aux lecteurs de se retrouver facilement happer dans le roman. Et puis, au fur et à mesure du récit, quelques pointes d’originalité font leur apparition : le système de magie, certaines espèces, et une fin quelque peu originale. En conclusion ? Il n’est pas certain que les gros lecteurs confirmés de fantasy apprécient les Bannis et les Proscrits, mais je le conseille à tous les autres !

  • Arkane, tome 1 : La Désolation, Pierre Bordage :

Arkane : une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes-puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu. C’est dans ce monde dominé par les intrigues incessantes, les meurtres et la magie noire que vit Oziel, fille de la maison du Drac.
Lorsque son clan est massacré, Oziel s’enfuit des Hauts de la ville, espérant gagner les Fonds afin de rejoindre son frère condamné et de lever une armée parmi les prisonniers du terrible bagne, dans les profondeurs de la cité.
Mais tandis qu’elle cherche à s’évader des rets d’Arkane, d’autres tentent de rallier celle-ci à tout prix. Renn, un apprenti enchanteur de pierre et Orik, guerrier venu d’une lointaine contrée, portent avec eux l’annonce d’une menace qui, s’ils arrivent trop tard, pourrait bien plonger Arkane dans le chaos…

Pierre Bordage fait partie des auteurs que j’apprécie, notamment pour son écriture très agréable. Cependant, Arkane fut une grosse déception. L’écriture est toujours au rendez-vous, le monde créé semble fouillé et intéressant, mais quid de l’intrigue ? Malheureusement, il se passe très peu de choses dans ce premier tome pour que ça en vaille la chandelle. Reste à voir ce que donnera le second tome. Un petit mot sur le livre-objet : l’illustration de Didier Graffet est sublime, le livre est agréable à prendre en main.

  • Le chant du bourreau, James Oswald :

Relégué aux Crimes sexuels, Anthony McLean remonte une filière de prostitution quand Stuart MacBride, le « bleu » de son ancienne équipe, lui fait part de ses doutes sur plusieurs cas de suicide. Angus Cadwallader, le médecin légiste, confirme : les hommes retrouvés pendus ne se sont pas passé eux-mêmes la corde au cou. Plus étrange encore, le noeud coulant – très élaboré, à treize boucles, dit « noeud de bourreau ». Est-ce la signature d’un esprit criminel ? McLean déteste les questions sans réponse, mais Duguid, le chef de la police, lui met des bâtons dans les roues et son enquête aux Moeurs déclenche un bain de sang. Pour finir de le tenir éveillé, Emma, sa petite amie, est sortie du coma, et son retour à la vie n’est pas aussi paisible qu’il aurait pu l’espérer…

Vous le savez, le polar et moi, c’est une grande histoire d’amour. J’ai peu de choses à dire sur cette enquête, qui s’est avéré très efficace. Un polar très agréable à lire !

  • Mass Effect : intégrale du premier cycle, Drew Karpyshyn

Les civilisations les plus développées de la galaxie dépendent toutes de la technologie des Prothéens, une espèce supérieure disparue il y a cinquante mille ans. L’humanité, après avoir découvert des équipements prothéens sur Mars en 2148, est parvenue à se mêler aux espèces qui profitent déjà de ces avancées et lutte pour se faire une place au sein de la communauté galactique. David Anderson, contre-amiral et héros de guerre de l’Alliance, ainsi que la scientifique Kahlee Sanders, vont jouer un rôle décisif au coeur des intrigues et des conspirations les plus sombres de l’Univers.

En bonne fan de Mass Effect, il n’était pas question de passer à côté de ses romans tirés des jeux vidéos. Les trois romans explorent le passé d’un personnage secondaire de la saga, Kathlee Sanders. Cette intégrale de romans est passionnante pour mieux comprendre certains événements et globalement l’univers du jeu vidéo, mais je ne suis pas certaine qu’ils passionnent des non-fans des jeux vidéos.

  • Le Regard, Ken Liu

DEMAIN…
Dans son registre, celui de l’investigation, Ruth Law est la meilleure. D’abord parce qu’elle est une femme, et que dans ce genre de boulot, on se méfie peu des femmes. Parce qu’elle ne lâche rien, non plus, ne laisse aucune place au hasard. Enfin, parce qu’elle est augmentée. De manière extrême et totalement illégale. Et tant pis pour sa santé, dont elle se moque dans les grandes largeurs — condamnée qu’elle est à se faire manipuler par son Régulateur, ce truc en elle qui gère l’ensemble de ses émotions, filtre ce qu’elle éprouve, lui assure des idées claires en toute circonstance. Et surtout lui évite de trop penser. À son ancienne vie… Celle d’avant le drame…
Et quand la mère d’une jeune femme massacrée, énuclée, la contacte afin de relancer une enquête au point mort, Ruth sent confusément que c’est peut-être là l’occasion de tout remettre à plat. Repartir à zéro. Mais il faudra pour cela payer le prix.
Le prix de la vérité libérée de tout filtre, tout artifice. Tout regard…

Il est assez difficile pour moi de vous parler de cette novella. Autant la première partie de l’enquête est passionnante, efficace, autant la fin de cette novella m’a terriblement frustrée. C’est beaucoup trop abrupte pour terminer correctement l’histoire, et personnellement, ça me la gâche. Il est tout de même à noter que je ne suis pas une grande fan des nouvelles à la base, et qu’il est possible que ça ne gêne pas autant que moi d’autres personnes.

  • La Magie de Paris, Le Cœur et le Sabre d’Olivier Gay

Du haut de son mètre quatre-vingt-trois, Chloé est capable de vaincre n’importe qui à l’escrime. Mais lorsqu’elle aide Thomas, un garçon de sa classe, attaqué par une étrange créature, sa vie bascule. Gravement blessée, elle perd connaissance. À son réveil, son corps ne conserve aucune trace de ce combat et elle se sent… différente, et plus puissante. L’heure des révélations a sonné : Thomas possède des pouvoirs magiques et, pour la sauver, il a utilisé un rituel interdit qui l’a liée à lui. Devenue sa protectrice contre son gré, Chloé va découvrir le monde des Mages. Un monde fait de duels à l’épée, de courses sur les toits, de puissants sortilèges et d’ennemis implacables. Un monde dans lequel elle n’a pas sa place.

Le pitch de ce roman me plaisait beaucoup : c’était aussi l’occasion de (re)découvrir la plume d’Olivier Gay. Une chose est sûre : c’est diaboliquement efficace, et notre héroïne, Chloé, est une adolescente attachante. L’univers n’est pas le plus développé dans ce premier tome, mais l’intrigue fonctionne bien. A voir donc ce que ça donnera par la suite. Un roman qui plaira, à conseiller à partir de 13 ans.

 

  • Sharakhaï, tome 1 : Les Douze Rois de Sharakhaï de Bradley P. Beaulieu

sharakhai, tome 1 : Les douze rois de sharakhai

 

Dans les arènes de Sharakhaï, la perle ambrée du désert, Çeda combat tous les jours pour survivre. Comme de nombreux autres, elle espère la chute des douze Rois immortels qui dirigent la cité depuis des siècles. Des souverains cruels et tout-puissants qui ont peu à peu écrasé tout espoir de liberté, protégés par leur unité d’élite de guerrières et les terrifiants asirim, spectres enchaînés à eux par un sinistre pacte. Tout change lorsque Çeda ose braver leur autorité en sortant la sainte nuit de Beht Zha’ir, alors que les asirim hantent la ville. L’un d’eux, coiffé d’une couronne en or, murmure à la jeune fille des mots issus d’un passé oublié. Pourtant, elle les connaît. Elle les a lus dans un livre que lui a légué sa mère. Et le lien que Çeda découvre entre les secrets des tyrans et sa propre histoire pourrait bien changer le destin même de Sharakhaï…

 

 

Une histoire de fantasy qui ne semble pas sortir du lot, et qui m’intéressait assez peu à la base. Mais je suis les conseils de mes collègues, et certains romans, dont celui-ci, s’avèrent plus originaux que prévus. Le rythme est assez lent, et l’histoire prend son temps, mais l’univers aux accents asiatiques est plutôt intrigant. J’ai aimé suivre l’avancée de Çeda dans sa quête, mais surtout découvrir un peu plus son univers, la ville de Sharakhaï et les nomades qu’on entraperçoit, mais aussi les nobles, les fameux Rois, et leurs Servants. En bref, il s’agit d’un premier tome, dont j’ai bien l’intention de lire la suite et d’en savoir plus.

7 commentaires

  1. Je n’ai lu que Le Regard. J’ai bien aimé mais je me demande si c’est bien pertinent de la publier seule, elle n’a peut-être pas “les épaules” suffisantes pour faire une publication à part.
    J’ai lu quelques livres d’Olivier Gay et j’ai bien aimé, mais je ne sais pas si je vais continuer en fantasy, j’ai peur que ce soit trop jeunesse pour mes goûts…

    1. Je suis assez d’accord pour Le Regard, je la trouve un peu faible, mais bon… Pour Olivier Gay je te comprends, je n’ai pas lu ses romans pour adultes, mais déjà celui-ci est certes sympathique, mais assez light.

  2. Tu as lu un livre qui n’est pas publié chez Bragelonne, c’est bien 😀
    Tu as lu Dragon de Thomas Day dans la même collection ? Je viens de la lire et j’ai trouvé que pour une novella elle était vraiment complète, c’était intéressant justement ^^.

    1. Oui, j’avoue que je suis en mode lecture de travail en ce moment :p Oui j’ai lu celle de Thomas Day, elle est très chouette effectivement ! Mais pour le moment mon coup de cœur de cette collecte reste Le Pont sous la brume 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *