Accueil » Littérature étrangère » Les enfants de Poséïdon tome 2 : Sous le vent d’acier, Alastair Reynolds

Les enfants de Poséïdon tome 2 : Sous le vent d’acier, Alastair Reynolds

J’ai commencé à lire la trilogie Les enfants de Poséïdon il y a un moment maintenant, et il était plus que temps que Sous le vent d’acier sorte de ma PAL !

L’une vit sur terre dans un monde qui change, tandis que l’humanité explore de nouveaux modes d’existence. L’autre est partie dans l’espace lointain enquêter sur l’ultime périple d’Eunice Akinya et sa découverte d’une science physique révolutionnaire. La troisième voyage à bord d’un vaisseau générationnel à des années-lumière de la Terre, vers une planète abritant un fascinant labyrinthe extraterrestre. Toutes trois sont une seule personne : Chiku Akinya, et revêtent une importance capitale pour notre avenir dans l’espace. Et toutes trois sont en grave danger…

Le problème avec les trilogies ou les longues sagas, c’est qu’il faut se souvenir des tomes précédents. En général, ça ne me pose pas trop de problème passé le début du nouveau tome, mais ça a été un peu plus complexe cette fois-ci….

Dans Sous le vent d’acier, nous suivons non pas un personnage, mais un personnage cloné en deux exemplaires, Chiku Akinya, descendante d’Eunice. Chiku, a, à un moment de sa vie, décidé de faire ce qui est appelé une tripartition, pour obtenir deux clones, chacune partie de leur côté. L’une est partie sur les traces de leur grand-mère, Eunice, une autre est restée sur Terre, tandis que la dernière a embarqué sur un vaisseau colonisateur.

Avoir pour narratrices trois clones pourrait être perturbant, mais chaque Chiku ayant suivi une voie différente, leurs caractères et leurs passés sont tous différents, et la sensation est pour moi plus celle de suivre une fratrie. Dans le système solaire Terrien, une IA devenue indépendante cherche à tuer la Chiku du secteur, tandis que la Chiku du vaisseau colonisateur se retrouve face à l’inattendu à l’approche de la planète souhaitée pour colonie.

Sous le vent d’acier manque à mes yeux d’un petit récapitulatif de ce qui s’est passé dans le premier tome, et l’intervalle entre les deux tomes étant grand, c’est hélas pour moi un élément qui s’est avéré handicapant. De même, si l’idée des clones est intéressante, au final, un seul clone prendra tout de même le rôle de personnage principal.

Malgré ces bémols, ce second tome de la trilogie Les enfants de Poséïdon s’avère intéressant, son univers toujours riche, et se lit très bien. Prochaine étape pour moi : ne pas attendre des années avant de passer au dernier tome !

D’autres avis : Blackwolf, Lune, Apophis, Lorhkan, Ksidraconis, …

shaya

6 réflexions sur « Les enfants de Poséïdon tome 2 : Sous le vent d’acier, Alastair Reynolds »

  1. C’est une suite directe ? Le personnage principal est différent si je comprends bien ?
    Tout ça serait tellement plus simple si les éditeurs se décidaient à mettre des résumés de manière automatique, ça me désespère que ça ne soit toujours pas le cas. =/

    1. Ca se passe quelques années plus tard si j’ai bien capté. Et je plussoie pour les résumés systématiques, ça m’aurait bien arrangé là, clairement ma lecture a pâti de mon manque de mémoire :/

    1. J’avoue que je n’ai pas pensé à en chercher, je pensais qu’en début de roman j’aurais suffisamment d’infos pour recoller les morceaux….

  2. Ahah comme je comprends cette difficulté à raccrocher les wagons après une longue interruption
    Dis-moi: est-ce qu’il y a une lionne dans ce bouquin? Parce que ces couvertures animalières m’intriguent!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page